Tea Time the Nerdy Way Ep.6

On tient le rythme les petits amis ! Aujourd’hui pour le tea time je vous présente un type de thé que j’aime tout particulièrement et un type d’histoire que j’apprécie tout autant !

russe

 

Thé Donovan N°1878 + La Princesse Grenouille

Un conte russe comme je les aime : illustré par Bilibine (je vous met un lien vers la page Wikipédia que je n’ai pas lu, je ne promet pas qu’elle soit tout à fait juste mais grosso merdo vous pouvez situer qui est le bonhomme grâce à ça). Ce livre fait partie d’une collection de plusieurs histoires russes publiées en grand format par les Editions la Farandole il y a un petit moment. Une amie de ma mère nous les avaient offert alors que j’était toute gamine et je peux dire que ces histoires ont façonné mon imaginaire et m’ont permit de m’ouvrir très tôt aux différentes versions des histoires que nous connaissons : l’oiseau de feu, la princesse grenouille, kochei l’immortel sont autant de personnages que l’on retrouve sous d’autres formes dans nos contes européens. Un tea time très européen aujourd’hui 🙂
J’aime lire l’une de ces histoire en buvant un thé noir bien fort, généralement un thé russe (héhé qui l’eu cru). Celui-ci est un mélange de Ceylan et de Chine, aromatisé aux huiles essentielles naturelles de bergamote et de citron. C’est le site internet qui le dit et si j’ai bien sentie le mélange des thés et de la bergamote je dois admettre que le citron se fait légers. Je vais m’en refaire une tasse, histoire d’être fixé, j’espère que comme moi vous vous ménagez des moments de tranquillité avec un mug de thé et une belle histoire. Russian Tea Time the Bilibine Way 😉

Tea Time : The Nerdy Way Ep.5

Comme toutes les semaines (ou presque) c’est l’heure de prendre le thé ! Cette semaine je vous propose :

the des milles collines dammann freres

 La Jeune Fille Paon et autres contes chinois + Le Thé des Mille Collines, de Dammann Frères

Cette semaine pas de mangas, de bd ou de comics mais un recueil de contes chinois que ma mère m’a rapporté d’un salon du livre et de la presse jeunesse il y a de ça un paquet d’années. Comme tous les ans un pays est à l’honneur et cette fois là c’était la Chine. Etant passionnée de contes et légendes je relis quelques fois les nombreuses anthologies qui composent ma bibliothèque et j’aime trouver des similitudes entre les histoires. Ici l’histoire principale c’est celle de la Jeune Fille Paon, qui se retrouve contrainte de vivre avec un mortel après que celui-ci lui ai subtilisé sa robe de paon, lui empêchant de rentrer dans son palais dans le ciel. Cette histoire est un classique des contes pour enfants et je me souviens encore d’une version européen de ce conte appelée « La Sirène Blonde » où une sirène se retrouve à devoirs épouser un fermier car il lui a prit sa tenue magique (je vous ferais des scans à l’occasion c’est un très beau livre superbement illustré).
Pour accompagner cette lecture j’ai pris le temps de découvrir le thé des Milles Collines que j’ai reçu il y a un moment dans la Thé Box Africa. Il s’agit d’un thé noir du Rwanda, parfumé au gingembre, cannelle, cardamome, baies roses, et girofle. Il a une odeur qui rappelle le thé chai et un goût très fort, pas désagréable quand on aime ce genre de boisson. Ce n’est pas mon préféré et je pense que c’est le goût des clous girofle qui me dérange à la dégustation parce que je suis très friande de thés noirs aux épices mais la il y a une note qui m’a un peu dérangée.

Sexisme et cosplay en France : mythe ou réalité ?

Sexisme et cosplay. Voilà un sujet qui a fait pas mal coulé d’encre outre-atlantique mais qui reste peu traité chez nous. Est-ce par pudeur, par lâcheté ou tout simplement ce phénomène est-il beaucoup moins présent chez nous ?

"UGH ! ça devrait être interdit par la loi de faire un cosplay d'un personnage qui n'a pas le même corps que soit..." "Raté !"
« UGH ! ça devrait être interdit par la loi de faire un cosplay d’un personnage qui n’a pas le même corps que soit… » « Raté ! »

Je lisais il y a peu une interview de trois cosplayeuses US à propos de féminisme et de sexisme. j’ai trouvé intéressant de noter les différences de discour de ces trois femmes : leur façon de cosplayer, leur vision du féminisme, leur relation au corps avec et sans costume, leur vécu en convention. Des discours tous très personnels mais aussi incroyablement marqués par un réel désir de liberté. Cet article m’a donné envie d’écrire sur le sujet et c’est tout naturellement qu’après réflexion j’ai voulu connaitre le ressenti de cosplayeurs français que je connais. Pourtant quelle ne fut pas ma surprise en lisant leurs réponses : beaucoup d’entre eux me répondaient qu’ils ne se sentaient pas du tout concernés par le sexisme inhérent à leur hobby mais qu’ils liraient mon article avec attention, d’autres on répondu un peu à côté de la plaque, confondant sexisme et sexy. Je me suis rendue compte que le sujet n’était tout simplement pas maîtrisé par tout le monde et que si je souhaitais ouvrir le débat il me fallait commencer par les bases. je vous livre ici ce qui est ma réponse personnelle à ces questions (qui ont l’air toutes bêtes mais qui visiblement ne touchent pas les cosplayeurs français, avons-nous enfin trouvé la recette ultime du parasexisme ? Sexisme et cosplay c’est tout de suite sur ce blog (annonce Dallas).

Le cosplay est-il un loisir sexiste ? Et si oui ce phénomène touche-t’il la France ?

Sexisme : Attitude discriminatoire adoptée à l’encontre du sexe opposé.

Cette cosplayeuse asiatique en déesse Athena
Cette cosplayeuse asiatique en déesse Athena

Je fais du cosplay depuis de nombreuses années maintenant (14 ans pour être précise) et même lorsque je passais moins de temps dans ce milieu, j’ai toujours gardé un oeil dessus. J’ai été surprise de constater, ces deux dernières années notamment, le nombre grandissant d’articles traitant de sexisme en convention. De nombreux médias ont traité de ce sujet via des dossiers, des articles sur internet ou dans la presse, des tumblrs y sont même consacrés, allant de du fait divers à l’anecdote, en passant par des initiatives visant à sensibiliser le grand public aux problèmes de harcèlements dont sont victimes les cosplayeurs. Vous le remarquerez comme moi, l’énorme majorité de ces articles sont écrit en anglais, rapportent des faits arrivés dans des conventions américaines et sont partagés par des cosplayeurs américains sur leurs pages facebook. Du coup je me suis dit quelque chose comme « génial cette prise de conscience des cosplayeurs ! Il était plus que temps que cessent ces attaques incessantes et gratuites du publique des conventions contre tout ce qui n’est pas Jessica Nigri » (pour qui j’ai le plus grand respect et qui est une jeune femme certainement très bien, je ne juge pas, je donne juste un exemple). Alors j’ai brandi mon petit point très très haut et j’ai appelé tous es cosplayeurs que je connais à témoigner avec moi sur mon blog contre le sexisme et l’injustice en convention. Et ils m’ont répondu qu’ils ne comprenaient pas de quoi je parlais. Et je me suis dit que peut-être que tout bêtement la France était épargnée. Et pourtant…

... La vie d'une cosplayeuse en convention
… La vie d’une cosplayeuse en convention

Sexisme et cosplay à Paris lors d’une convention.
C’est l’histoire d’une cosplayeuse d’une vingtaine d’années qui se promène dans les allées d’une convention vers la Porte de la Villette. Le nom de la convention m’échappe, certainement celle organisée par les élèves de l’iSC un an avant de lancer leur « Japan Expo » (donc il y a un paquet de temps quand même), mais elle ressemble à n’importe quelle convention dans le monde quelque soit le lieu et l’époque : chaque allée est délimitée par des stands de boutiques chinoises qui vendent des imitations de peluches, DVDs, artbooks et j’en passe, les visiteurs flânent en comparant les prix d’un étal à l’autre et s’extasient devant celles et ceux qui portent les tenues de leurs héros préférés. Un monsieur s’approche de la jeune femme, celle-ci porte une tenue en satin noir : body, gants et bottes qui montent au-dessus du genou. Elle porte une perruque blonde et un foulard rouge lui enserre la taille. Le monsieur arrive tranquillement, il sourit à la fille, tends le bras, lui touche la poitrine en la félicitant pour son joli costume. Vous suivez ? IL LUI TOUCHE LA POITRINE. Comme ça. Gratuitement. La fille recule surprise, consternée, effarée, bouchée bée. Le type repart comme il est venu, tranquilou. Les réactions face à ce geste odieux ? Mitigées et mollassonnes, on s’accorde à dire que franchement c’est un peu abusé mais en même temps avec un costume pareil faut pas être trop surprise.

Sexisme et cosplay : les mecs aussi sont concernés.
C’est l’histoire d’un cosplayeur français qui souhaite faire une séance photo de son chouette costume : une mascotte impressionnante de réalisme qui lui a valu une première place lors d’un concours et qu’il porte avec fierté. Alors qu’il se renseigne auprès des photographes qu’il connait pour organiser cette séance il apprends que tous on des emplois du temps très chargés et n’ont pas actuellement de date à lui proposer. Loin de se décourager notre ami cosplayeur cherche sur internet des photos de lui lors du concours ou dans les allées de la convention durant laquelle il a porté son costume. Il en trouve finalement quelques unes, noyées au milieu des très nombreux clichés de jeunes femmes en costumes minimalistes. Il apprendra par la suite que certaines cosplayeuses (des femmes donc) n’ont pas eu de soucis à booker une séance avec les mêmes photographes qu’il avait contacté; lorsqu’il pousse un coup de gueule sur internet le monde entier lui répondra : « drama queen » (c’est abusé parce qu’ils auraient pu le traiter de « drama king » mais non dès que tu fais un drame tu as alors une attitude de nana, d’ou le « queen »).

"Excusez-moi ?" "Savez-vous où se trouve le stand de figurines ?" " Bien sur. " "J'en ai un que vous pouvez checker juste là." "Je...Je ne crois pas..." "Tu ne veux pas nous montrer ta cutie mark (ça se trouve sur la fesse) mon coeur ?" "Je...je dois y aller" " Ce derrière est magique." "c'est putains de bronies (garçons fans de Mon petit Poney), Ils ne sont la que pour se faire remarquer."
« Excusez-moi ? » « Savez-vous où se trouve le stand de figurines ? »  » Bien sur.  » « J’en ai un que vous pouvez checker juste là. » « Je…Je ne crois pas… » « Tu ne veux pas nous montrer ta cutie mark (ça se trouve sur la fesse) mon coeur ? » « Je…je dois y aller »  » Ce derrière est magique. » « c’est putains de bronies (garçons fans de Mon petit Poney), Ils ne sont la que pour se faire remarquer. »

Ces deux histoires se sont passées en France et sont deux exemples d’une incroyable banalité du sexisme et du manque de respect dont sont victime les cosplayeurs en convention. Un homme qui tripote une jeune femme sans être une seule seconde inquiété des conséquences de son acte puisque personne ne dira rien et que la fille est resté figée sous le coup de la surprise. Ceci, ce geste, c’est du harcèlement, c’est une agression physique envers la cosplayeuse. Une agression d’une banalité affligeante puisqu’il est impossible de donner un nombre précis du nombre de mains qui vont ici effleurer une fesse, là une poitrine, la-bas la taille dénudée d’une cosplayeuse ou d’un cosplayeur lors d’une convention. Et lorsque ces messieurs-dames se plaignent on leur réponds clairement qu’ils cherchent un peu aussi avec leur costumes …
En quoi est-ce que c’est sexiste ? Simplement parce qu’un homme qui touche, effleure, tripote une femme en convention sous prétexte qu’elle porte un costume sexy la rabaisse au niveau d’un objet, d’un fantasme, de part sa nature féminine accentuée par son vêtement ou son attitude sexy il lui retire son droit à exister en tan qu’être humain doué de désirs ou, dans ce cas, du non-désir d’être touché (à ce sujet une excellente campagne a déjà fait le tour d’internet cosplay is not consent). Il en va de même avec les visiteuses qui tripotent les abdos des cosplayeurs garçons ! Le sexisme c’est dans les deux sens, vous suivez ?

Des cosplayeurs écrivent les pires remarques de la journée sur une ardoise; ici pour Mystique "Tu peux me tuer mais baise moi d'abord"
Des cosplayeurs écrivent les pires remarques de la journée sur une ardoise; ici pour Mystique « Tu peux me tuer mais baise moi d’abord »

Le garçon au cosplay impressionnant peut-il, lui aussi, faire part de son désaccord face au sexisme ambiant de ce milieu ? Parfaitement ! Le sexisme étant une attitude discriminatoire envers un sexe, il est très clair que le « sexe faible » du cosplay c’est l’homme. Celui qui est moins (ou pas, selon les cas) représenté dans les médias. Celui auquel les photographes portent moins d’intérêt (il suffit de voir le nombre de séances photos avec des mecs et de comparer avec le nombre de séances photos avec des filles ). Celui qui souffre d’autant plus de discrimination que l’on ne connait même pas son nom : citez-moi pour voir 10 noms de cosplayeuses très très talentueuses puis 10 noms de COSPLAYEURS très très talentueux, de tête, sans chercher sur internet.

Alors peut-on dire que le cosplay c’est sexiste ? Oui et non. Le cosplay favorise les comportements sexistes des deux côtés de la barrière : les visiteurs et les fans agissent avec les cosplayeurs de sexe opposé (notamment ceux qu’ils trouvent attirant) comme s’il s’agissait d’objets de désir. Les photographes dont 95% sont des hommes prennent en général plus de photos de costumes portés par des femmes que pas des hommes (je ne dit pas que c’est juste ou injuste, je constate seulement). De part leur attitude il favorisent une forme de sexisme. Les cosplayeurs, enfin, n’arrangent pas la situation puisqu’il n’ai pas rare que les cosplayeuses en tenue « sexy » soient dénigrées par leur comparses … pour leur choix de costume !

Le meme du type qui critique un cosplay sexy sans savoir qu'il s'agit d'un personnage qui existe... juste parce que c'est sexy !
Le meme du type qui critique un cosplay sexy sans savoir qu’il s’agit d’un personnage qui existe… juste parce que c’est sexy !
J'avais 20 ou 22 ans et je jouais le jeu de l'hyper-sexualisation du cosplay pour me créer une armure.
J’avais 20 ou 22 ans et je jouais le jeu de l’hyper-sexualisation du cosplay pour me créer une armure.

 

Une note de plus sur mon vécu personnel en convention.
Je suis d’autant plus surprise quand je lis que des cosplayeurs ne voient pas en quoi le cosplay c’est sexiste alors même qu’une grande partie des réactions qu’ils suscitent sont sexistes. Est-ce parce qu’ils ne s’en préoccupent pas ? Parce qu’ils ne le voient pas ? Parce qu’ils refusent de le voir ? J’ai moi-même longtemps nié l’évidence, préférant jouer de mes costumes sexy comme d’une arme, me sentant invincible parce que séduisante. Les remarques fusaient, positives comme négatives et il m’a fallu quelques années et pas mal de points de maturité en plus au compteur pour me rendre compte de toute l’implication de ces mots et de mon attitude en réponse : j’acceptais d’être un objet, car enfin j’attirais l’attention et les compliments, je souriais de ces remarques parfois à la limite de l’insulte et me drapais dedans comme dans une cape qui me protégeait et me cachait tout à la fois. Je m’effaçait complètement derrière le masque d’une cosplayeuse sure d’elle et provocatrice qui se moquait bien de ce que les autres pensaient d’elle… en réalité il m’a fallut quelques années pour me reconstruire et apprendre à me connaître, à connaître mes limite et celles que je souhaite aujourd’hui placer entre le reste du monde et moi.

Sexisme et cosplay, une réalité.

Tea Time : The Nerdy Way Ep.4

Les petits amis ! Arrêtez tout c’est l’heure du thé ! Comme chaque (de temps en temps ) vendredi c’est l’heure de découvrir ensemble un bon thé avec une lecture geek, nerd, otaku…

Cette semaine je vous propose :

geek anime girl

 

Red Garden de Kirihito Ayamura (ed. 12Bis) + infusion Orange & Grapefruit de Fortnum & Masum

La couleur très rouge de cette infusion achetée chez Fortnum & Mason à Londre m’a rappelé l’esthétisme de cette série d’animation adaptée en manga (d’habitude c’est l’inverse, vous noterez ) : Red Garden du studio Gonzo (2006). L’histoire de quatre adolescentes que tout sépare et qui se retrouvent unies par la mort tragique de leur amie commune, Lise. Un scénario très à l’américaine qui mêle habilement rebondissements fantastiques et histoires de coeur lycéennes dans un New York City digne d’une sitcom. J’avais dévoré les 22 épisodes, acheté les artbooks qui mettent l’accent sur les gardes robes des files, détail intéressant le chara-designer en charge de l’anime est à la base fashion designer ce qui explique les silhouettes très stylisées et les vêtements impressionnants de détails de tous les personnages.
L’infusion Orange & Grapefruit est une excellente découverte : on est bien loin des boissons à goût de flotte de ta mamie ! A la fois douce et acidulée, je l’ai achetée à ma maman mais finalement c’est moi qui la boit !

Un atelier maquillage spécial cosplay avec Nikita cosplay !

English version at the end of this article

La semaine dernière j’ai passé la journée chez Laura (aka Nikita cosplay) et nous en avons profité pour faire un atelier maquillage spécial cosplay. Celles et ceux qui suivent son travail savent que l’un des points forts de ma coupine c’est sa dextérité à changer de visage en fonction des personnages qu’elle interprète. Comme c’est l’un de mes points faibles j’en ai profité pour apprendre…

Nous devions passer une soirée tranquilou chez Eva Annshella avec Cécile Sikay et Laura Nikita csoplay (je ne sais jamais si vous suivez si j’écris les pseudos et comme je les appelle par leur prénoms je vous mets les deux ) atour d’un curry au lait de coco, d’une boite de foie gras et d’une bouteille de vin. En fin de soirée il a finalement été décidé que j’irais dormir chez Laura pour une sombre histoire de produit à lentilles.
Après avoir un peu bossé, un peu glandé, un peu papoté, nous avons décidé de sortir son maquillage et mes nouveaux pinceaux. J’ai l’impression d’avoir beaucoup de maquillage mais en découvrant sa collection de palettes Urban Decay l’expression « avoir beaucoup de maquillage » a prit une toute nouvelle dimension. Je vous épargne la photo avec tout son attirail, c’est presque insoutenable et ça donne envie de dévaliser la boutique la plus proche !

Laura a donc prit le temps de sélectionner les produits qu’elle souhaitait me faire découvrir et ceux que j’avais du mal à maitriser et nous voila partie. Mon point faible principal c’est le teint, je suis incapable de mettre mes produits dans le bon ordre et la notion de « highlights » me laisse dans le flou le plus total… Elle se lance donc dans sa démonstration, pinceaux à la main et me montre ses différents produits, me répète plusieurs fois dans quel ordre elle aime les poser et ajoutes quelques anecdotes glanées auprès de cosplayeuses étrangères. le résultat est vraiment foufou, je n’ai jamais eu aussi bonne mine !

L’étape suivante a demandé un peu plus d’organisation, nous avons décidé de couper mon visage en deux et de travailler deux maquillages différents : à gauche quelque chose de très pinup mais aussi bien voyant pour aller par exemple avec mon Bombshell Supergirl, à droite il s’agit d’un maquillage inspiré de celui que porte Lana Parilla en Regina sur les photos promo de la saison 1 de Once Upon a Time et qui me servira à la fois pour porter le costume de Regina et celui de mon acte burlesque de Méchante Reine.

Bien sur nous n’avons pas mis de faux cils, le résultat est donc un chouilla différent de ce que je vais (essayer de) refaire en convention. Le dégradé très naturel et le sourcil très allongé de Super Girl contraste avec les différentes nuances de rouge, violet et noir et le sourcil en virgule de Regina.

J’ai mis en application une partie de ce que Laura m’a appris dès le week-end suivant, je vous ferais un petit article sur le sujet 😉

 

In English : I’m sorry if my english writting hurt you eyes, as you may know I’m french and not exactly very good at translating. Don’t hesitate to correct me as I am always happy to improve my english !

Last week I was lucky enough to do a little make up workshop with Nikita. She is famous in the cosplay community for her skills at changing her face so she look like the characters she cosplay. As it is specifically one of my weakness we decide to work on this.

After a nice evening with my friends Annshella, Nikita and Sikay it was decided that I should go to sleep at Nikita’s place. On the morning we worked a little, chat a little and we finally decided to check her make up. She have this amazing Urban Decay collection that make you want to run into the next shop and buy absolutely everything. Believe it’s a all new definition of the expression « having a lot of make up ».

Nikita first select which products she wanted me to discover and which ones I had troubles working with. Since I’m very bad at working on my foundation we begin with this in a very instructive way : what products to use in which order, tips from cosplayeurs she meet while traveling the world and last but not least how to work on highlights over my skin. The result is crazy amazing !

The next step was to work on two different make up : one inspired by my Bombshell Super Girl cosplay, the second by Lana Parilla as Regina on promo pictures from Once Upon a Time season 1.
The long eyebrow, natural shades and strong eye liner on the left are typical pin up style and very different from the darker reddish and hard eye brow of the Evil Queen on the right.

I tried all this not a week later, and I will tell you everything in a new article 😉