Superpopette le Blog – année 2014 : sexisme, féminisme, cosplay… Un point sur ce que vous avez préféré lire ici !

La fin de l’année c’est le moment de faire le point. Sur ce qu’on a fait, ce qu’on aimerait faire, les objectifs de l’année prochaine, ce qui a changé au cours de l’année écoulée… Et des projets j’en ai à revendre ! Certains pointeront le bout de leur nez dès début janvier, d’autres mettront un peu plus de temps à parvenir jusqu’à vous. Mais avant de vous parler de tout cela, faisons un point ensemble sur ce qui vous a le plus touché sur ce blog.

J’ai jeté un petit coup d’oeil aux articles qui vous ont le plus plu et ce qui vous ont le plus fait réagir, voyons tout ça ensemble !

De mon côté j’ai beaucoup appris grâce à vous : c’est vous, mes lecteurs, qui m’avez poussé à me poser des questions sur la communauté cosplay française, ce qui vous choque, ce dont vous avez envie de parler, ce que vous souhaitez encore que je traite ici, ce qui vous fait réagir ou vous laisse de marbre…

j’ai commencé ce blog il y a maintenant un petit moment puisque le premier article a été publié en juillet 2013. Je ne savais pas très bien ce que je voulais dire ici et j’ai pas mal tâtonné et assez peu écrit. C’est en lisant un post de Belle Chere sur Tumblr que j’ai eu une révélation (sans exagérer, avec des lumières partout et des petits anges tout nus qui descendent du ciel…) et que j’ai écrit un premier article sur le cosplay et le féminisme. Un tout petit article dont le but était surtout de vous traduire ce que disait Belle Chere et qui est passé totalement inaperçu. Je savais néanmoins que je voulais aller dans ce sens la. J’ai ensuite publié deux longs articles sur le cosplay en général afin de poser un peu les bases et me suis lancée en avril 2014 avec l’article Sexisme et cosplay en france : mythe ou réalité. Vous avez tout de suite répondu présent et m’avez encouragé à continuer.

A présent c’est à vous de me donner un coup de main en répondant à ces quelques questions. Comme ça on fait connaissance et surtout vous me dîtes ce que vous voulez lire ici en 2015 !

L’image d’illustration est de l’ami Nelson ! Merci à lui 😉

Le cosplay, le crowdfunding et les oeuvres de charité

Depuis plusieurs années sur Internet le crowdfunding est devenu chose courante et les projets en financement participatif se multiplient aussi dans les communautés cosplay. Beaucoup de cosplayeurs et de photographes proches du milieu se sont déjà lancés dans l’aventure crowdfunding avec plus ou moins de succès. Quelles sont leurs démarches, leurs buts, leurs réussites et même leurs échecs ? Décryptons ensemble ce phénomène !

Une cosplayeuse qui a besoin de financement pour un costume, un photographe qui veut lancer son calendrier, une association qui souhaiter monter un projet… Ils ont tous en commun pas mal d’ambition, des rêves et un cruel besoin de financement. Pour cela ils se sont tournés vers un type de financement qui existe depuis un certain nombre d’années et qui ne fait pas toujours l’unanimité.
Le site de l’APCE (Agence Pour la Création des Entreprises) en donne cette définition :

Le crowdfunding, appelé également financement participatif, est une technique de financement de projets de création d’entreprise utilisant Internet comme canal de mise en relation entre les porteurs de projet et les personnes souhaitant investir dans ces projets.

Pratique ancienne, elle fait l’objet actuellement d’un large engouement en raison de sa simplicité de fonctionnement et des difficultés que rencontrent certains créateurs à trouver des financements.

Financer un calendrier, un billet d’avion, du matos pour faire des costumes…

calendrier cosplay
Yaya Han finance elle-même son calendrier, une démarche transparente et professionnelle.

Tous les deux mois, un nouveau projet de calendrier cosplay à succès voit le jour sur Internet et les cosplayeurs « connus » invités à faire partie du projet se démènent pour faire casquer leurs fans. Ces projets artistiques font grincer des dents bien des détracteurs des « famous cosplayeurs », car ils estiment que c’est un moyen pour les instigateurs de ces projets de faire des bénéfices sans avancer d’argent. C’est en effet l’intérêt principal du financement participatif : les gens investissent en échange d’une contrepartie pré-établie, permettant aux personnes à l’origine du projet de mener à bien celui-ci sans avoir à faire de prêt. Pourtant une fois le calendrier cosplay imprimé et prêt à être vendu, si celui-ci fonctionne bien, où vont les bénéfices ? C’est une question que les internautes se posent pour de nombreux projet et afin de donner en toute transparence il est bon de lire intégralement la description du projet avant de donner vos deniers. S’il est clairement pré-établi, par exemple, que les personnes qui vont travailler sur ce projet ne seront payées qu’avec les bénéfices ou bien si au contraire le financement participatif sert à payer les travailleurs et qu’il n’est indiqué nulle part à qui reviendront les bénéfices, c’est à vous de peser le pour et le contre et de décider si vous souhaitez donner ou pas.

Une cosplayeuse allemande qui rate son avion et demande à ses fans de lui payer un nouveau billet* a récemment relancé le débat du crowdfunding appliqué au cosplay. Cinquante pour cent d’internet s’est déchainé contre elle et son compagnon, arguant que le cosplay est un hobbie et qu’il est déplacé de demander aux gens de payer pour ses passions. L’autre moitié s’est empressée de donner de l’argent en défendant le principe que personne n’était forcé et que la vidéo émouvante postée sur la page de la cosplayeuse les avaient touchés. Ici il s’agit avant tout d’un débat de moralité : est-ce qu’il est moral de demander à des « fans » de donner de l’argent pour financer ses passions ? La question s’est aussi posée lorsqu’une cosplayeuse française expatriée sans sa machine à coudre au pays du Soleil Levant avait lancé sur sa fanpage Facebook un appel aux dons pour financer son nouvel équipement de cosplay. La raison donnée était : « Pour que je puisse de nouveau faire de beaux costumes que vous aimez admirer et puisque vous aimez mon travail, je vous propose de me soutenir. » Tollé général ! Les internautes français ont crié au scandale et ont très largement critiqué cette démarche.

L’opération de financement participatif de la française n’a pas fonctionné du tout alors que celui de l’Allemande a fonctionné au-delà de ses espérances et en quelques heures seulement. La popularité de cette jeune femme est-elle la seule explication à ce succès ? Est-ce que les fans de cosplay(eurs) vivent cette passion par procuration et ont décidé d’aider la jeune femme, l’envoyant à la Blizzcon parce qu’eux-mêmes rêvent d’y aller ? Est-ce qu’ils soutiennent son travail ? Ce sont en tout cas les explications avancées par celles et ceux qui ont donné leur argent pour envoyer une fille se déguiser au bout du monde. Je reste personnellement sceptique sur la moralité de cette démarche et il ne me viendrait jamais à l’idée de demander aux autres de payer pour mes loisirs. Je suis certainement un peu vieux jeu mais j’estime que mes hobbies, je les finance moi-même avec l’argent que je gagne chaque jour de ma vie. Lorsque j’étais étudiante c’était mon argent de poche qui me permettait de payer mes costumes (je travaillais tous les étés et pendant certaines vacances scolaires), et il ne m’est jamais venu à l’idée de demander à qui que ce soit de financer mes déplacements pour faire du cosplay.

Charitable Cosplay Shop et autres oeuvres caritatives « cosplay ».

cosplay caritatif
La boutique est désormais fermée mais Meagan Marie a réuni plus de 2500$ pour Room for Read

Pourtant le crowdfunding n’est pas qu’une solution pour s’en mettre plein les poches ou se faire entretenir, puisque certains cosplayers s’appuient dessus pour financer des œuvres caritatives. C’était le cas de Cosplay for Cause qui a édité deux années de suite des calendriers de cosplayeuses. Tous les bénéfices de la vente de ses calendriers revenaient à des associations humanitaires. Plus récemment Meagan Marie a lancé une boutique d’affiches dédicacées par des cosplayeuses plus ou moins célèbres, offertes généreusement par ses cosplayeuses et dont tous les bénéfices des ventes revenaient à une association visant à développer l’éducation des petites filles dans un pays du tiers monde.

Vous l’aurez compris je suis plus réceptive à ce genre de projet qu’à ceux cités plus haut. Payer pour un calendrier de cosplayeuses, quelles qu’elles soient, ne me viendrait jamais à l’idée sans une vrai raison derrière… à chercher certainement plus du côté des œuvres de charité. Même si je ne condamne pas les opérations de crowdfunding artistiques, j’ai toujours été gênée par cette idée d’appel aux dons pour vivre ses passions.
Et vous, quel est votre avis sur la question ? Vous donneriez ? A qui ?

*EDIT : La demoiselle a finalement pris la décision de rembourser ses fans grâce à l’argent gagné lors du concours de cosplay.
Capture d’écran 2014-12-19 à 10.23.18

30 DAYS COSPLAY CHALLENGE

Aujourd’hui je me lance dans ce challenge très populaire il y a deux ans auprès des cosplayeurs (que voulez-vous je ne suis jamais de celles qui suivent les modes en temps et en heure, je préfère faire les choses à mon rythme, comme une mamie) et j’ai décidé de donner une touche festive et un rien kitsch aux visuels de mon 30 days cosplay challenge… Ou Challenge cosplay en 30 jours en bon français !

Mardi 16 Décembre 2014, Paris – JOUR 1. Journal de bord du capitaine, date stellaire 4-8-7-9-3 tintiiiiiiiiin tin tin tiiiiiin !

Mon premier cosplay c’était Card Captor Sakura à BD Expo en 2000. Une robe faite par ma maman en satin de doublure et jupon en tulle, baguette magique en bois et papier imprimé et collé en double (même pas peur), pas de perruque, des restes d’une coloration malheureuse, des lunettes et, invisible sur la photo mais bien présent dans les mémoires : des bagues sur mes dents !

EDIT : Chaque jour sur facebook j’ai posté des réponses aux diverses questions posées par ce 30 DAYS COSPLAY CHALLENGE, vous pouvez les retrouver en cliquant ici : Popette Cosplay sur Facebook.

Et voilà un petit panaché des images utilisées.

30 Days Cosplay Challenge
Beaucoup de Pinkie Pie et de Maddie Hatter dans ce 30 Days Cosplay Challenge

Epic Badass Xmas Burlesque Cosplay Popette

Les petits amis ! Ho Ho Ho ! Aujourd’hui j’ai mis mon bonnet de Père Noël pour vous faire gagner des cadeaux ! C’est pas grand chose mais c’est offert avec le coeur ET vous pourrez venir en COSTUMES ou en COSPLAY ou DEGUISES, comme vous voulez !

Le 20 décembre à la Flèche d’Or à Paris, les petits gars de Anadore et Soirée Geek ont organisé une soirée de Noël qui rock du sapin ! Il y aura de la musique, des goodies à gagner et un photobooth pour vous faire prendre en photo en costumes.

Vous vous demandez sûrement ce que je viens faire là-dedans ? Et bien je serais au nombre des animations puisque je ferais mon tout nouveau numéro Super Girl from Planet Burlesque ! Pour ce numéro j’ai créé la base de mon costume inspiré des BOMBSHELL DC Comics et le concept est basé sur mon passage à London Super Comic Con en Mars dernier :

Bien entendu le costume a été modifié, la coiffure aussi eeeeet… des strass ont été ajoutés PARTOUT ! Croyez-moi il n’y a jamais trop de strass, JAMAIS !

Et maintenant VOUS entrez en scène puisque je vous propose de gagner un super cadeau de ouf !

Pour Noël vous pouvez gagner un super KIT SUPERPOPETTE COSPLAY avec

  • 2 entrées pour la soirée Epic Badass Xmas Party de Soirée Geek.
  • 1 heure de cours d’initiation à l’effeuillage burlesque pour vous et deux de vos amies (d’une valeur de 75€) OU une heure de coaching pour faire une super prestation lors de votre prochain concours de cosplay.

Pour participer :

Envoyez-moi par commentaire ici ou par commentaire sur la page facebook Popette Cosplay la description de votre super héros ou héroïne, votre identité secrète perso ! La ou le Super Héros qui m’aura le plus fait rire ou touché gagnera ce super kit ! Vous avez jusqu’au 18 Décembre minuit, le ou la gagnante sera annoncé sur la page Facebook Popette Cosplay.

Bonne chances à toutes et à tous !