Cosplay : et les hommes cosplayeurs dans tout ça ?

Nos amis cosplayeurs sont de plus en plus présents sur internet alors qu’il y a quelques années seules les « geek queens » avaient droit au top10 de la cosplayeuse la plus sexy ou Top20 des cosplayeuses les mieux coiffées. Pourtant si les hommes ont eu bien du mal à se faire une place sous le soleil de l’internet, je crois qu’ils ont enfin gagné la guerre…

cosplayeurs
Voilà sur quoi je suis tombée ce matin…

Alors que je sirote mon premier thé du matin, peinarde, encastrée dans mon canapé, un lien attire mon oeil avisé. J’ai toujours aimé lire les articles un peu racoleurs qui présentent les 20 cosplayeuses « à suivre cette année » même si je me suis souvent demandé s’il ne s’agissait pas en réalité de « La Liste des Filles à Suivre Tout Court en Convention » que le syndicat des stalkers masqués met à jour sous couvert d’articles à buzz… Bref. Je suis tombée sur cet article : Les 16 meilleurs cosplayeurs hommes.
J’ai tout naïvement pensé ouvrir un lien plein de jeunes éphèbes bodybuildés, huilés et épilés, me souriant dans des pagnes vaguement inspirés de Final Fantasy ! Je clique donc fébrilement sur le lien, ma tasse à la main, le coeur battant la chamade, la bave au coin des lèvres…

Les 16 cosplayeurs les plus sexy sont…

Roland’s Forge est Jafar !
Roland’s Forge est Jafar !

Jafar !

Wait, what ?

Le premier type en photo est un américain dans un costume incroyablement réaliste du célèbre méchant de Disney. Immédiatement, je fait défiler les quelques photos suivantes afin de trouver ma dose de tablettes de chocolat. Je n’ai pas à chercher bien loin avant de tomber sur le bel Elffi, mais je suis partagée entre joie et déception. Déception de ne pas avoir découvert de nouveaux cosplayeurs sexy-chocolat, aux corps parfaits ornés de maquillage « Tribal-K-Pop » mais joie de tomber sur un sélection d’artistes et de constructeurs de génies, aux costumes, armures et accessoires capables de défier l’imagination !

Donc la vision du cosplayeur mâle aurait un petit peu évolué ?

C’est bien la question qui se pose en lisant cet article : même le beau gosse ultime, Leon Chiro, est présenté tout habillé, dans un costume de Final Fantasy qui a fait sa renommée (et celle de ses abdos, un peu, quand même… si si) une large épée aux détails hallucinants posée en travers de ses cuisses. Les cosplayeurs ne sont donc plus représentés que par les trois ou quatre seuls noms que nous étions capables de citer il y a encore bien peu de temps. Aujourd’hui ils s’imposent, non plus comme des beaux gosses à peine capables de tenir une aiguille dans le bon sens. Aujourd’hui, ce sont eux les rois de l’armure futuriste en pièces détachées.

Mark Meer est connu aussi comme voice actor, notamment pour le jeu Mass Effect... Il ne porte pas seulement le costume du Commender Shepard, il est aussi sa voix officielle !
Mark Meer est connu aussi comme voice actor, notamment pour le jeu Mass Effect… Il ne porte pas seulement le costume du Commender Shepard, il est aussi sa voix officielle !

Les filles à la couture, les garçons au bricolage ?

C’est le raccourci un peu rapide que les gens risquent bien de faire. Pourtant la réalité est à des années lumières de cette tradition du « maman coud, papa bricole » et ce n’est pas ma sélection personnelle qui prouvera le contraire : Joshua et David Chan sont deux garçons aux talents multiples et qui donnent ses lettres de noblesse à la culture cosplay ! Joshua Hart design excelle dans l’art de donner vie aux robes les plus improbables. Pas égoïste pour deux sous, le talentueux couturier partage même quelques trucs et astuces, quand il n’est pas débordé par ses commandes haute couture ou ses propres cosplay ! David Chan, artiste transformiste et cosplayeur de génie a mis en ligne une vidéo dans laquelle il se maquille grimé en Ursula… En chanson ! Une perle !

Capture d’écran 2015-01-20 à 10.16.20

Super Popette fait de l'effeuillage burlesque !

Beaucoup d’entre vous m’envoient des messages pleins de questions concernant mon activité d’effeuilleuse burlesque. Vous me demandez souvent de vous expliquer de quoi il s’agit exactement, comment je suis arrivée à m’effeuiller sur scène, qu’est-ce qui m’attire, est-ce que je mix cosplay + burlesque… Mon premier article de l’année sera donc à propos de moi 😉 Voici (je l’espère) toutes les réponses à vos questions.

EDIT : Les photos sont de Denis Bourdain, sauf celle prise par Elrem 🙂

L’effeuillage burlesque, qu’est-ce que c’est ?

C’est un genre de spectacle qui met en scène un ou une artiste peu vêtu(e) ou qui effectue un striptease. Apparu en France à la toute fin du XIXe siècle il a connu son âge d’or aux Etats-Unis dans les années 50. Le burlesque que je pratique est un effeuillage, c’est à dire un spectacle de striptease léger, sans vulgarité et avec pas mal d’humour.

Comment as-tu eu l’idée de te déshabiller sur scène ?

Ma première scène...
Ma première scène…

Je connaissais Dita Von Teese depuis des années et j’ai toujours gardé un oeil sur son actualité et son look. C’est en 2011 qu’une amie me parle des cours de burlesque donnés par Gentry de Paris. Devant son enthousiasme je décide de me renseigner un petit peu sur ce qu’est l’effeuillage burlesque. Très vite je suis séduite par l’esthétique des années 30 ou des années 50 que les danseuses exotiques aiment tant et par leur gestuelle sexy et provocante sans jamais dépasser les limites de la vulgarité.
A l’époque je suis un peu fatiguée du cosplay, loisir que je pratique depuis plus de dix ans. J’ai l’impression d’avoir fait le tour et de ne plus m’amuser autant qu’avant. Finalement je me jette à l’eau et m’inscrit à une session de dix cours de Gentry avec, à la clé, un show des débutantes au Bus Palladium. Franchement, je n’étais pas rassurée. Plutôt complexée par mon physique, et pas tout à fait à l’aise dans mes baskets j’ai pas mal appréhendé chacun des huit cours auxquels je me suis rendue (j’en ai loupé deux pour diverses raisons) et le jour de faire mon premier show je n’en menais pas long ! Comment s’est passé cette première fois ? Une fois sur scène j’ai oublié les doutes, la trouille et je me suis lancée. Les amis étaient venus en nombre me soutenir et j’ai eu l’impression de me trouver dans ce jeu de séduction, cette malice qui me caractérise sur scène !

Est-ce que le burlesque c’est la solution pour être plus à l’aise dans son corps ?

Cette question revient souvent et la réponse est oui et non.

Lors d'une soirée au Bonny and Clyde à Pigalle, photo de Elrem
Lors d’une soirée au Bonny and Clyde à Pigalle, photo de Elrem

Le fait de se déshabiller sur scène devant des inconnus n’est pas la solution la plus adaptée pour apprendre à aimer son corps à mon avis. Je l’ai tenté et croyez-moi le retour de flamme a été violent : je ne m’aimais pas sur les photos, je cachais mon corps avec un serre-taille que je ne retirais pas sur scène et des collants résilles qui me remontaient les fesses. Bref je me mettais à nue tout en camouflant mes défauts ce qui, autant l’admettre, est totalement stupide.
Du coup qu’est-ce qui m’a réellement aidé à prendre confiance en moi ? Tout ce qui se passe avant la scène : conception du numéro, du costume, choix des musiques… Le fait de créer un numéro de A à Z et de le tester sur scène une première fois, d’étudier les réactions du public, ce qui marche et ce qu’il faut changer. Le refaire devant un public différent et à chaque fois polir ce numéro pour s’approcher de la perfection. Travailler dur et voir ce travail payer, me rendre compte que j’étais non seulement capable d’arriver au bout de ce challenge mais aussi d’aller plus loin, de créer des numéros qui me ressemblaient tout en me mettant en danger, en cherchant à repousser mes limites et, au bout de la route, en me rendant compte tout simplement que mon physique me convenait tel quel.

Pourtant, quand je donne des cours je vois se produire tout l’inverse : des femmes viennent prendre un cours d’une heure pour s’amuser tout en dédramatisant le striptease… et elles repartent de mon cours avec un vrai boost de confiance en elles ! Elles apprennent à se lâcher, à se déhancher, à être provocante sans en faire des tonnes. Pour certaines c’est suffisant. Alors que j’ai eu besoin de parcourir tout ce chemin, pour certaines il suffit de quelques heures pour reprendre confiance en elles.

Est-ce que tu aimes mixer cosplay et burlesque ?

Oui ! Le cosplay c’est mon premier amour, mes premières scènes, mes premières envies de me dépasser sur scène… et c’est ce qui m’a amené au burlesque. J’aime me déguiser et créer des costumes, que ce soit pour les garder sur scène ou les retirer 😉
Je saupoudre chacun de mes numéros burlesque de quelques références à la culture geek…

My Little Pony Burlesque Act by Athena’Ttention from athenattention on Vimeo.

…et chaque fois que je passe sur scène pour un concours de cosplay je m’appuie sur mon expérience « burlesque » de la scène

Question bonus : est-ce que je peux te voir sur scène ? Est-ce que tu donnes toujours des cours ?

Oui et oui ! Je performe mercredi 21 janvier 2015 (dans moins d’une semaine) au Gibus Café pour la soirée Pretty Propaganda, l’entrée c’est 4€ et je ferai le numéro de SuperGirl inspiré de mon costume de Bombshell SuperGirl juste au-dessus : l’évènement facebook avec toutes les informations.
Je donne des cours à mon compte ou, pour les petits budgets, à la Pink School pour des cours collectifs, le 24 Janvier pour une initiation + choré et le 7 février pour une chorégraphie spéciale St Valentin ! Si vous venez de la part de Popette le cours est à 20€ au lieu de 25€ 😉