3 résolutions pour réussir ma rentrée cosplay !

Bonjour les petits amis ! En ce beau mois d’août ensoleillé (sauf au-dessus de ma tête, ce merveilleux weekend du 15 août) (oui je suis en weekend dès le jeudi, c’est ma façon de compenser mes dimanches studieux) je vous ai préparé un article de blog spécial rentrée. Je voulais le poster début septembre et puis je me suis dit que ça serait un petit peu tard seulement quelques semaines avant le retour des conventions (PAGS le 26 septembre, Paris Manga le 3 octobre…). Du coup, me voilà avec un article super positif qui te donnera, je l’espère, la pêche autant qu’à moi !

La rentrée c’est toujours une période un peu compliquée : retour aux études, au travail… Le stress du quotidien te fait l’effet d’un kaméhaméha en pleine face ! Au milieu des mille petits (ou gros) tracas de tous les jours, tu prends conscience avec effroi de la somme de travail que tu vas devoir fournir pour terminer le costume prévu pour ta prochaine convention. Comme chaque année tu avais pourtant prévu d’être plus organisé et de commencer tes costumes en avance. Comme chaque année quand arrive mi-septembre et que tu es déjà en train de rusher sur ton costume de Paris Manga, tu te dis que c’est raté. Alors pour changer, j’ai décidé de sonner la rentrée cosplay à mi-août, histoire qu’on ai tous le temps de suivre les quelques conseils que je serai la première à appliquer !

1) Cette année, j’organise mon espace de cosplay !

Plutôt de que de pousser les restes de tissus de Japan Expo qui pourrissent dans un sac depuis deux mois, et d’empiler des perruques dont tu ne te souvenais même plus dans ta salle de bain, si tu te créais un vrai espace de cosplay ? Il te suffit de réaménager ta chambre, ton studio, la cave de tes parents et de définir un espace précis dans lequel tu pourras peindre sans flipper des tâches. Décide de réserver un dimanche du mois d’août au tri et à l’organisation de tes costumes, tes perruques, tes lentilles, tes fournitures, tes outils… bref, tout ton bazar cosplayesque ! Prépare-toi un bonne grosse théière fumante (le thé noir au épices m’apaise dans les journées de nettoyage et rangement, peut-être as-tu aussi une boisson favorite pour ce type d’événement ?) et c’est parti pour plusieurs heures ! N’hésite pas à te débarrasser de ce qui traine chez toi depuis trop longtemps et à jeter les chutes de tissus trop petites pour réellement resservir un jour… Prends le temps de plier les tissus pour qu’ils prennent le moins de place possible et range tes costumes dans des housses. Garde tes boites à chaussures pour entreposer outils, rubans, mercerie et babioles steampunk. N’oublie pas de tout étiqueter pour ne pas avoir à ouvrir toutes tes boites à chaque fois que tu chercheras un bouton.

Je t’ai sélectionné quelques bonnes idées sur Pinterest :
Follow Popette Cosplay’s board Workshop on Pinterest.

2) Je fais un vrai planning de cosplay !

MY-COSPLAY-TO-DO-LIST
Une Coslay To Do List à imprimer, à remplir et à cocher !

Je ne sais pas vous, mais j’ai tendance à noter plus ou moins régulièrement les dates des conventions sur des bouts de papiers qui volent (et se perdent) sur mon bureau. Quand Nikita m’appelle pour me demander ce que je compte porter à la prochaine convention, généralement deux semaines avant l’évènement, il est trop tard pour regretter de ne pas avoir été plus organisée : il est temps de crafter comme si ma vie en dépendait.

Pour cette rentrée je suis organisée : j’ai acheté un gros agenda dans lequel j’ai déjà noté pas mal de dates, lieux et informations pratiques pour les conventions et concours qui m’intéressent. Dans la partie « notes » j’ai listé les costumes que je veux faire et pour chaque convention, ceux que je pourrai porter (que j’ai déjà ou que je souhaite réaliser).

À la fin j’ai tout compilé et je me suis rendue compte que mon planning était irréalisable. Mettre à plat par écrit (à l’ancienne avec un cahier et un stylo bille rose) me permet de prendre du recul quand je fais des todo (que ce soit ma liste de courses ou celle de mes prochains costumes). Pour le cosplay c’est pareil. Organise-toi, fais des listes, tiens un agenda ou un cahier à jour avec ce qu’il te reste à faire, ce qui est déjà terminé, et ce qui est urgent.

Pour t’aider je t’ai préparé une To Do List vierge à imprimer en période de rush cosplay. C’est un format A4 que tu peux imprimer recto/verso (pense à la planète). Les petites cases sont parfaites pour suivre ta progression en temps réel.

3) Je m’inscris a une activité extra-cosplay…

… Mais qui pourrait bien me servir pour un concours de cosplay ! Danse classique, sabre laser, claquettes… Un moment de détente hebdomadaire qui te permet de suer, de t’amuser et d’oublier le stress du boulot, de l’école ou des costumes à ourlet. C’est l’occasion idéale pour se faire de nouveaux amis et apprendre des skills qui renforceront tes prochaines prestations de cosplay.

Et toi, quels sont tes bons plans, tes conseils pour réussir ta rentrée cosplay ?

 

J’ai peur de l’objectif, de l’oeil du photographe et des réactions des internets…

Bonjour à vous tous mes petits lardons ! Depuis Japan Expo il s’en est passé des choses et j’ai pas mal d’articles pour vous dans mes cartons… Ainsi que quelques surprises mais ça sera pour la rentrée. Aujourd’hui j’ai envie de papoter avec vous de la peur que nous ressentons parfois face à un photographe (de cosplay, de mariage ou de vacances). Vous êtes prêt(e) à vous reconnaitre (un peu) dans cet article ? Alors c’est parti !

Une photo de Nicolas Bayart sur laquelle un double-menton venu de nul part semble se matérialiser. Cette tenue ne me semblait pas ressembler autant à une chemise de nuit d'héroïne de Dallas quand je la brodait pourtant... -_-
Une photo de Nicolas Bayart sur laquelle un double-menton venu de nul part semble se matérialiser. Cette tenue ne me semblait pas ressembler autant à une chemise de nuit d’héroïne de Dallas quand je la brodait pourtant… -_-

Vous êtes toute belle aujourd’hui (ou tout beau, c’est selon), vos faux-cils tiennent en place, votre perruque n’a jamais semblé aussi bien coiffée et votre costume scintille de mille feux. Alors que vous vous observez dans le miroir à la recherche d’un petit détail qui vous aurait échappé et qui risquerait de compromettre l’authenticité de votre cosplay de mother of dragons, votre niveau de confiance en vous approche dangereusement la barre des 9000*… Pourtant dans quelques instants  /SPOILER ALERT/ tout va s’écrouler ! / END OF SPOILER/

 Le photographe de cosplay n’est pas ton ennemi.

Ce grand type à binocles qui s’approche, son gros objectif sous le bras, ne va pas te dévorer vivante. Il ne va pas non plus peindre de toi un portrait qui t’empêcheras de vieillir**. Il vient juste immortaliser (héhé) ton cosplay du jour. Alors arrêtes de trembler comme une feuille, ta perruque lace-front va se décoller ! Si il t’as proposé de te prendre en photo c’est parce que ton costume et ton aptitude à faire vivre ton personnage lui plait. Il à l’habitude de prendre des énergumènes en costumes en photo et tu peux donc lui faire confiance pour faire un joli cliché de toi. Pour cela n’oublie pas ces quelques conseils :

– Si c’est la première fois que tu fais du cosplay / te fais prendre en photo en cosplay n’hésites pas à le signaler au photographe, il le prendra en compte et saura te mettre à l’aise.
– Si il y a un détail de ton costume que tu souhaites mettre en avant ou au contraire cacher, n’hésites pas à le lui dire afin qu’il s’adapte.
– Si l’angle de la photo ne te plais pas ou te met mal à l’aise, la encore signale-lui, c’est important.
– Si enfin tu ne souhaites pas faire de photos avec tel ou tel photographe, décline poliment sa proposition, tu n’as aucune obligation.

Ton physique n’est pas ton ennemi.

C’est un sujet que nous avons abordé plusieurs fois sur ce blog et pourtant certain(e)s d’entre vous se posent encore pas mal de questions : ai-je le droit de cosplayer, les gens vont-ils se moquer de moi, les photographes vont-ils accepter de me prendre en photo ? Le cosplay c’est pour tout le monde et d’ailleurs tout le monde cosplay. Ne t’inquiètes donc pas autant et suis ces quelques idées pour passer un bon moment photographique en cosplay :

– Les photographes positionnés dans les zones délimités spécifiquement à la photo de cosplay prennent en photo absolument TOUS LES COSPLAYEURS qui s’inscrivent au préalable sur leur liste (disponible en générale directement sur place dès l’ouverture de la convention), même les flippés qui cosplayent pour la première fois, ton neveu de 12 ans dans son costume de Spidey ou toi. Via cette liste il te sera possible de définir une heure de passage pour ta séance photo.
– Les photographes de cosplay et les autres cosplayeurs sont des fans tout comme toi. Ils partagent les mêmes passions et la même culture. Il y a donc de fortes chances pour que le courant passe entre vous… et vous permette de créer de jolis photos. C’est votre passion commune qui compte, pas les kilos que tu essayes de perdre ou de gagner !
– Si tu as peur de briller sur les photos met un peu de poudre sur ton nez (et les zones de ton visage qui ont tendance à briller). Les photographes ont pour habitude de retoucher ce genre de détails avant de poster les photos sur internet mais si cela te permet de te sentir plus à l’aise au moment de prendre la pause alors n’hésites pas.
– Un maquillage relativement sophistiqué (ou tout du moins plus chargé qu’au quotidien) aura de grandes chances de ressortir à la caméra. Si tu le sens n’hésites pas à faire quelques tests chez toi et à te maquiller en conséquence le jour J.
– Ne te compares pas à des photos très retouchées de filles lissées et remaquillée à gros coups de photoshop, c’est un duel avec toi-même qui n’est pas fairplay !
– Si tu n’es pas à l’aise dans ton costume, cela se verra dans sur ta photo. Le mieux à faire est toujours de choisir en amont un costume qui te plait et dans lequel tu penses te sentir sur de toi. Essaies-le en entier chez toi avant de te rendre en convention. Il est important que tu puisses passer un bon moment dans ce costume alors prends le temps de t’y habituer et pourquoi pas…
– de t’entrainer à faire des poses ! L’idée venue à pas mal de cosplayeuses il y a quelques années et qui avait fait sourire à l’époque reste une technique imparable pour être à l’aise en photo : définit quelles sont les positions et les angles qui te plaisent le plus et tu seras fin prête pour la convention.
– Amuses toi ! Avec l’aisance vient la confiance. Sois à l’aise, prends du bon temps, ne te forces pas et amuses-toi, cela se verra sur tes photos et en fera de jolis souvenirs.

Yaya Han photographiée par pixelettepinups : une pose étudiée, un maquillage sophistiqué et pas mal de confiance en elle et en la photographe donnent une photo réussie !
Yaya Han photographiée par pixelettepinups : une pose étudiée, un maquillage sophistiqué et pas mal de confiance en elle et en la photographe donnent une photo réussie !

Internet n’est pas ton ennemi.
(du moins pas trop trop…)

Je vois bien que tu es un brin dubitatif(ve). Pourtant si sur internet les trolls et les haters sont légion, la majorité des internaute n’est pas embusqué sur facebook à attendre de pouvoir se payer ta tête ou celle de ton voisin cosplayeur. Ne t’attardes que sur les critiques constructives (même si sur le coup les critiques gratuites et/ou méchantes peuvent blesser) et reste positif(ve) en toutes circonstances. On ne peut pas plaire à tout le monde et c’est vrai aussi de nos costumes de cosplay. Si une photo de toi te met mal à l’aise n’hésites pas à demander à son auteur (gentiment) de la retirer d’internet, il ou elle le fera sans faire d’histoires.

Enfin, une photo qui passe et sur laquelle tu n’es pas à ton avantage ne changera pas le cour de ta vie pour toujours. Pour prendre confiance en soit et s’amuser dans la vie, il est important de prendre du recul et de souffler un bon coup lorsque les photos de la dernière convention commence à se pointer sur internet. Les gens cherchent en majorité des photos d’eux, de leurs amis, des personnages qui leurs plaisent et s’attardent rarement sur le cliché un peu loupé d’un inconnu.

292901_10151623231714933_831560747_n
La photo de scène un peu ratée : bouche ouverte, regard débile, souvenir pas franchement glamour d’un moment super. L’important c’est de s’amuser, pas forcément d’être en beauté !

 

* CF regardes Dragon Ball et Dragon Ball Z, c’est la base, voyons !
**Ceci dit ça serait bien pratique pour voir la phase 12 des films Marvel, reste que les effets secondaires sont un rien violents, cf Le Portrait de Dorian Gray.

Je ne m’aime pas en cosplay !

Bonjour à tous, mes petites cailles cosplayesques ! J’aimerais finir la semaine en vous confiant un secret. Je ne sais pas pour vous mais moi, très souvent dans ma jeunesse (huhu) je me suis sentie comme une petite crotte de chèvre au milieu d’une convention. Pas belle dans mon costume, moins cool que mes copines, plus crispée sur les photos… bref j’ai connu ma part de « Bad Cosplay Day ». Et vous ?

Il y a des journées en convention qui sont tellement pourries que vous avez envie de prendre votre retraite cosplayesque et ne jamais remettre une de ces saloperies de perruques sur vos têtes. Avant de refourguer votre matos de couture à votre petite soeur prenez le temps de savourer avec moi ces quelques loses de cosplay et d’exorciser à jamais vos « bad cosplay day ».

La lose N°1 :  « mon costume est franchement trop moche ».

Vous avez sué sang et eau sur ce costume qui devait être votre chef-d’oeuvre. Des nuits durant vous avez cousu, collé, poncé… Nous voilà le matin de la convention. Vous avez la tête d’un revenant car vous n’avez pas dormit depuis trois semaines et l’haleine d’un poney à l’agonie mais votre costume fini ! Ni une ni deux, vous sautez dans le RER en route pour la convention, votre costume bien emballé sous le bras. Dans les vestiaires, pourtant, vous êtes prit d’un doute affreux : ce costume que vous n’avez jamais eu le temps d’essayer mais sur lequel vous avez passé tellement d’heure, est-ce qu’il ressemble seulement à quelque chose une fois porté ? Une seule façon de le savoir, vous l’enfilez. Et là, le drame. Vous vous regardez dans le seul miroir du vestiaire des filles et vous vous rendez compte que vous ne ressemblez pas du tout au personnage que vous cosplayez. Même pas de loin, de dos ou dans le noir. Le costume ne vous flatte pas, les couleurs vous donnent envie de vomir, ces perles brodées sont du plus mauvais goût, la perruque vous donne l’air de Claude François. Bref, vous avez raté votre costume.

Comment réagir ? En dédramatisant, bien entendu. Le conseil nul quand on le lit sur un blog mais qui vous sauve une journée de convention quand vous êtes en situation. Le cosplay ce n’est que du cosplay, vous avez raté votre costume et c’est très chiant mais ça arrive à tout le monde. Alors on respire un grand coup, on pleure un grand coup aussi si on en a besoin et on se change, si on le souhaite. Parce que retirer un costume qui ne nous plait pas ce n’est pas une défaite, mais parfois l’assurance de sauver sa journée. Ne vous infliger par le calvaire de passer cinq ou six heures dans un costume dans lequel vous ne vous sentez pas à l’aise au risque de ruiner votre expérience de convention. Ne gardez votre costume « raté » que si vous arrivez réellement à faire abstraction et si vous êtes sur de vous amuser quand même.

Comment éviter de se retrouver dans cette situation ?
En choisissant un costume qui nous plais vraiment, pas en essayant de compléter le groupe de vos copines ou de faire un costume assortis à vos amis pour être avec eux. Un cosplay c’est de l’investissement en temps, en argent, en énergie et c’est surtout donner un petit peu de soit. Alors faites attention à vous faire plaisir en premier lorsque vous choisissez un personnage ou une tenue.
En essayant son costume en amont pour ne pas avoir de mauvaises surprises le jour J. Un conseil un peu bête mais qui marche du tonnerre : en essayant votre costume avant la convention vous évitez les mauvaises surprises dans les vestiaires. Bon bien sur cela implique de finir son costume avant la convention et la c’est une autre histoire…
En faisant un test maquillage/perruque avant la convention : le combo le plus efficace contre les réaction allergiques au faux sang ou au fond de teint et pour recoiffer sa perruque avec de la laque* tranquillement chez soit.
En définissant les limites de sa zone de confort en choisissant son costume. Vous vous connaissez et savez dans quel type de tenue vous serez, ou non, à l’aise.

Un groupe Monster High que je ne peux qu'assumer. Vous noterez que je n'ai pas réflechie une minute aux possibilités d'un combo peau verte + cheveux noirs et blancs + aisselles en sueurs...
Un groupe Monster High que je ne peux qu’assumer. Vous noterez que je n’ai pas réfléchie une seconde aux possibilités d’un combo peau verte + cheveux noirs et blancs + aisselles en sueurs…

La lose N°2 : « je ne peux pas aller aux toilettes ».

Cette lose là c’est une vraie lose de compétition ! On vous avait pourtant bien dit que le déjeuné curry-haricots rouges avant de mettre votre corset c’était une mauvaise idée. Et maintenant vous vous retrouvez à vous trémousser dans les vestiaires, ne sachant pas si il vaut mieux retirer le costume que vous avez mit deux heures à enfiler ou s’il est préférable d’avoir mal au ventre pendant encore quelques heures.

Comment réagir ? En courant aux toilettes ! La question ne se pose pas. Vraiment. J’insiste.

Comment éviter de se retrouver dans cette situation ?
Il est important de faire un point sur vos repas avant et durant la convention avant d’enfiler votre costume. Vous éviterez par exemple de vous jeter sur les compotes de pomme en libre service des vestiaires de Japan Expo car si elles sont garanties sans gluten et sans lactose elles vous assureront quelques réactions intestines des plus problématiques. Evitez de boire trois litres d’eau avant de mettre votre costume mais n’oubliez pas de boire pour autant (facile à dire, moins à mettre en pratique, mais important à souligner). Prévoyez une façon d’aller aux toilettes soit en retirant une partie de votre costume, soit en prévoyant des systèmes de fermeture facile à ouvrir. Demander à une copine de rester avec vous si vous portez une robe corseté toute la journée, elle pourra vous l’ouvrir plus facilement en cas de pause pipi d’urgence.

La dernière fois que je me suis retrouvée coincée dans un costume sans pouvoir aller aux toilettes, tu n'étais pas né ! Par contre il y a cette fois ou j'ai fait une parodie de Mister.T sur la scène de Japan Expo en parlant à une chaussette. Je ne portais pas de collants et les photographes ont apprécié ma culotte multicolore. -70 en charisme !
La dernière fois que je me suis retrouvée coincée dans un costume sans pouvoir aller aux toilettes, tu n’étais pas né ! Par contre il y a cette fois ou j’ai fait un bide complet en parodiant Mister.T sur la scène de Japan Expo en parlant à une chaussette.

La lose N°3 : « mes copines sont plus belles que moi ».

Celle-là on l’a toutes connue. Cosplayer avec sa copine sublime, celle qui a toujours des cheveux (synthétiques) soyeux et un maquillage qui ne coule pas. Vous avez beau vider des bombes de laque complète sur votre tête et utiliser toutes les bases de maquillage du commerce, vous n’atteignez jamais son niveau de perfection. En plus elle est jolie, son sourire est charmant sur les photos et sa façon de pencher la tête lui donne un air de poupée. Votre pote cosplayeuse parfaite vous l’aimez bien mais vous aimeriez bien l’étriper aussi. Alors au lieu de passer chaque convention à vous comparer à elle, au lieu d’agoniser à la vue de chaque photo sur laquelle elle scintille alors que vous avez la bouche ouverte et un œil bizarrement à moitié fermé ; respirez un bon coup et lisez ce qui suit.

Comment réagir ? Sans faire la gueule. Une fois encore un conseil de l’almanach de Popette dont vous vous seriez bien passé mais qui, une fois le moment venu, empêchera votre amie parfaite et vous-même de passer une après-midi pourrie. Si elle est si jolie, ce n’est pas de sa faute. Et pour être tout à fait honnête, vous êtes aussi plutôt jolie vous-même, si vous arrêtez de vous crisper deux minutes et si vous vous laissez aller… Là, voilà. Une fois détendue et plus à l’aise dans vos baskets votre visage ressort mieux et votre cosmo-energie n’agite plus furieusement votre perruque au-dessus de votre tête. N’oubliez pas que vous êtes en convention pour vous amuser et passer un bon moment avant toute chose, même en concours.

Comment éviter de se retrouver dans cette situation ?
Déjà, on relativise. Sa perruque de Daenerys lui va peut-être comme un gant mais vous vous souvenez de son costume de Velma de Scoobidoo, et on ne peut pas dire que le pull orange s’accorde réellement à son teint. Votre amie parfaite est avant tout votre amie et c’est un être humain comme les autres. Ne la mettez pas sur un piédestal qui risque non seulement de biaiser votre relation mais aussi de créer des rancoeurs. Si vous vous sentez mal à l’aise à l’idée de cosplayer avec elle ou si vous manquez de confiance en vous, parlez-lui et choisissez ensemble des costumes que vous prendrez plaisir à porter ensemble. Cosplayer entre ami(e)s ce n’est pas faire son costume tout seul chez soi et tenter de briller tant bien que mal le jour J. C’est un véritable travail d’équipe durant lequel chaque participant accompagne les autres. Si l’un de vous a des doutes, les autres doivent être là pour le soutenir et l’aider à avancer.

Sous ce costume en soie de Sophitia de Soulcalibur, finit sur moi par mes copines, je ne portais pas de soutient-gorge (pour quelle raison ?!?!). Grand moment de solitude lorsque les photographes sont venus me le faire remarquer, photos (prises au flash) à l'appuie.
Sous ce costume en soie de Sophitia de Soulcalibur, fini sur moi par mes copines, je ne portais pas de soutien-gorge (pour quelle raison ?!?!). Grand moment de solitude lorsque les photographes sont venus me le faire remarquer, photos (prises au flash) à l’appui.

Et ensuite ? Votre Bad Cosplay Day est passé et vous ressortez de cette épreuve plus fort(e). Avec le temps vous allez apprendre à connaître vos limites, les costumes que vous aimez porter, les concours auxquels vous aimez (ou pas) participer. Vous allez prendre confiance en vous et en vos capacités. Cette confiance en vous que vous êtes nombreux à rechercher dans le cosplay, vous savez qu’on ne la trouve pas dans les yeux des autres cosplayeurs ou des photographes qui inondent internet de photos de convention. C’est un travail sur soi, une quête digne des Chevaliers du Zodiac, un donjon à traverser. Une fois que vous avez fait ce chemin, vous apprenez à prendre un peu plus de recul, à trouver les qualités de vos costumes et à en accepter les défauts.

Mes quelques lose de cosplay ? En Pinkie Pie à Harajuku, nous tournions une vidéo de My Little Pony et mon corset a décidé de glisser au milieu d’une prise pour le plus grand plaisir des passants. A Epitanime nous faisions un groupe Monster High et j’avais choisi Franckie Stein de Monster High : teint verdâtre, perruque faite main au rendu foireux, jupe pas fermée dans le dos ( j’avais oublié de fermer la jupe, vous pouvez le croire ? -_- ) et comme si ça ne suffisait pas je suis la seule bouffonne sur scène à lever les bras quand tout le monde les baisse. Une autre fois j’ai fait un cosplay de Morgane de Starla et les Joyaux Magiques. Ce personnage a une robe verte et violette, des cheveux blancs et la peau orange. J’ai donc acheté un fond de teint « magic mousse dream » ou quelque chose dans le genre et me suis tartinée avant d’enfiler une vieille perruque prêtée par une cosplayeuse. Un ami photographe m’a croisé dans la convention et m’a dit « tu es… affreuse. Pardon mais tu es affreuse Pauline ». J’ai rarement autant rigolé, il avait raison j’étais repoussante ! Comme je ne suis pas rancunière, voilà la preuve en vidéo !

* la laque c’est interdit dans les vestiaires, pensez à coiffer vos perruques chez vous, nous vivrons tous plus longtemps.

Cosplay : et les hommes cosplayeurs dans tout ça ?

Nos amis cosplayeurs sont de plus en plus présents sur internet alors qu’il y a quelques années seules les « geek queens » avaient droit au top10 de la cosplayeuse la plus sexy ou Top20 des cosplayeuses les mieux coiffées. Pourtant si les hommes ont eu bien du mal à se faire une place sous le soleil de l’internet, je crois qu’ils ont enfin gagné la guerre…

cosplayeurs
Voilà sur quoi je suis tombée ce matin…

Alors que je sirote mon premier thé du matin, peinarde, encastrée dans mon canapé, un lien attire mon oeil avisé. J’ai toujours aimé lire les articles un peu racoleurs qui présentent les 20 cosplayeuses « à suivre cette année » même si je me suis souvent demandé s’il ne s’agissait pas en réalité de « La Liste des Filles à Suivre Tout Court en Convention » que le syndicat des stalkers masqués met à jour sous couvert d’articles à buzz… Bref. Je suis tombée sur cet article : Les 16 meilleurs cosplayeurs hommes.
J’ai tout naïvement pensé ouvrir un lien plein de jeunes éphèbes bodybuildés, huilés et épilés, me souriant dans des pagnes vaguement inspirés de Final Fantasy ! Je clique donc fébrilement sur le lien, ma tasse à la main, le coeur battant la chamade, la bave au coin des lèvres…

Les 16 cosplayeurs les plus sexy sont…

Roland’s Forge est Jafar !
Roland’s Forge est Jafar !

Jafar !

Wait, what ?

Le premier type en photo est un américain dans un costume incroyablement réaliste du célèbre méchant de Disney. Immédiatement, je fait défiler les quelques photos suivantes afin de trouver ma dose de tablettes de chocolat. Je n’ai pas à chercher bien loin avant de tomber sur le bel Elffi, mais je suis partagée entre joie et déception. Déception de ne pas avoir découvert de nouveaux cosplayeurs sexy-chocolat, aux corps parfaits ornés de maquillage « Tribal-K-Pop » mais joie de tomber sur un sélection d’artistes et de constructeurs de génies, aux costumes, armures et accessoires capables de défier l’imagination !

Donc la vision du cosplayeur mâle aurait un petit peu évolué ?

C’est bien la question qui se pose en lisant cet article : même le beau gosse ultime, Leon Chiro, est présenté tout habillé, dans un costume de Final Fantasy qui a fait sa renommée (et celle de ses abdos, un peu, quand même… si si) une large épée aux détails hallucinants posée en travers de ses cuisses. Les cosplayeurs ne sont donc plus représentés que par les trois ou quatre seuls noms que nous étions capables de citer il y a encore bien peu de temps. Aujourd’hui ils s’imposent, non plus comme des beaux gosses à peine capables de tenir une aiguille dans le bon sens. Aujourd’hui, ce sont eux les rois de l’armure futuriste en pièces détachées.

Mark Meer est connu aussi comme voice actor, notamment pour le jeu Mass Effect... Il ne porte pas seulement le costume du Commender Shepard, il est aussi sa voix officielle !
Mark Meer est connu aussi comme voice actor, notamment pour le jeu Mass Effect… Il ne porte pas seulement le costume du Commender Shepard, il est aussi sa voix officielle !

Les filles à la couture, les garçons au bricolage ?

C’est le raccourci un peu rapide que les gens risquent bien de faire. Pourtant la réalité est à des années lumières de cette tradition du « maman coud, papa bricole » et ce n’est pas ma sélection personnelle qui prouvera le contraire : Joshua et David Chan sont deux garçons aux talents multiples et qui donnent ses lettres de noblesse à la culture cosplay ! Joshua Hart design excelle dans l’art de donner vie aux robes les plus improbables. Pas égoïste pour deux sous, le talentueux couturier partage même quelques trucs et astuces, quand il n’est pas débordé par ses commandes haute couture ou ses propres cosplay ! David Chan, artiste transformiste et cosplayeur de génie a mis en ligne une vidéo dans laquelle il se maquille grimé en Ursula… En chanson ! Une perle !

Capture d’écran 2015-01-20 à 10.16.20

Superpopette le Blog – année 2014 : sexisme, féminisme, cosplay… Un point sur ce que vous avez préféré lire ici !

La fin de l’année c’est le moment de faire le point. Sur ce qu’on a fait, ce qu’on aimerait faire, les objectifs de l’année prochaine, ce qui a changé au cours de l’année écoulée… Et des projets j’en ai à revendre ! Certains pointeront le bout de leur nez dès début janvier, d’autres mettront un peu plus de temps à parvenir jusqu’à vous. Mais avant de vous parler de tout cela, faisons un point ensemble sur ce qui vous a le plus touché sur ce blog.

J’ai jeté un petit coup d’oeil aux articles qui vous ont le plus plu et ce qui vous ont le plus fait réagir, voyons tout ça ensemble !

De mon côté j’ai beaucoup appris grâce à vous : c’est vous, mes lecteurs, qui m’avez poussé à me poser des questions sur la communauté cosplay française, ce qui vous choque, ce dont vous avez envie de parler, ce que vous souhaitez encore que je traite ici, ce qui vous fait réagir ou vous laisse de marbre…

j’ai commencé ce blog il y a maintenant un petit moment puisque le premier article a été publié en juillet 2013. Je ne savais pas très bien ce que je voulais dire ici et j’ai pas mal tâtonné et assez peu écrit. C’est en lisant un post de Belle Chere sur Tumblr que j’ai eu une révélation (sans exagérer, avec des lumières partout et des petits anges tout nus qui descendent du ciel…) et que j’ai écrit un premier article sur le cosplay et le féminisme. Un tout petit article dont le but était surtout de vous traduire ce que disait Belle Chere et qui est passé totalement inaperçu. Je savais néanmoins que je voulais aller dans ce sens la. J’ai ensuite publié deux longs articles sur le cosplay en général afin de poser un peu les bases et me suis lancée en avril 2014 avec l’article Sexisme et cosplay en france : mythe ou réalité. Vous avez tout de suite répondu présent et m’avez encouragé à continuer.

A présent c’est à vous de me donner un coup de main en répondant à ces quelques questions. Comme ça on fait connaissance et surtout vous me dîtes ce que vous voulez lire ici en 2015 !

L’image d’illustration est de l’ami Nelson ! Merci à lui 😉

Le cosplay, le crowdfunding et les oeuvres de charité

Depuis plusieurs années sur Internet le crowdfunding est devenu chose courante et les projets en financement participatif se multiplient aussi dans les communautés cosplay. Beaucoup de cosplayeurs et de photographes proches du milieu se sont déjà lancés dans l’aventure crowdfunding avec plus ou moins de succès. Quelles sont leurs démarches, leurs buts, leurs réussites et même leurs échecs ? Décryptons ensemble ce phénomène !

Une cosplayeuse qui a besoin de financement pour un costume, un photographe qui veut lancer son calendrier, une association qui souhaiter monter un projet… Ils ont tous en commun pas mal d’ambition, des rêves et un cruel besoin de financement. Pour cela ils se sont tournés vers un type de financement qui existe depuis un certain nombre d’années et qui ne fait pas toujours l’unanimité.
Le site de l’APCE (Agence Pour la Création des Entreprises) en donne cette définition :

Le crowdfunding, appelé également financement participatif, est une technique de financement de projets de création d’entreprise utilisant Internet comme canal de mise en relation entre les porteurs de projet et les personnes souhaitant investir dans ces projets.

Pratique ancienne, elle fait l’objet actuellement d’un large engouement en raison de sa simplicité de fonctionnement et des difficultés que rencontrent certains créateurs à trouver des financements.

Financer un calendrier, un billet d’avion, du matos pour faire des costumes…

calendrier cosplay
Yaya Han finance elle-même son calendrier, une démarche transparente et professionnelle.

Tous les deux mois, un nouveau projet de calendrier cosplay à succès voit le jour sur Internet et les cosplayeurs « connus » invités à faire partie du projet se démènent pour faire casquer leurs fans. Ces projets artistiques font grincer des dents bien des détracteurs des « famous cosplayeurs », car ils estiment que c’est un moyen pour les instigateurs de ces projets de faire des bénéfices sans avancer d’argent. C’est en effet l’intérêt principal du financement participatif : les gens investissent en échange d’une contrepartie pré-établie, permettant aux personnes à l’origine du projet de mener à bien celui-ci sans avoir à faire de prêt. Pourtant une fois le calendrier cosplay imprimé et prêt à être vendu, si celui-ci fonctionne bien, où vont les bénéfices ? C’est une question que les internautes se posent pour de nombreux projet et afin de donner en toute transparence il est bon de lire intégralement la description du projet avant de donner vos deniers. S’il est clairement pré-établi, par exemple, que les personnes qui vont travailler sur ce projet ne seront payées qu’avec les bénéfices ou bien si au contraire le financement participatif sert à payer les travailleurs et qu’il n’est indiqué nulle part à qui reviendront les bénéfices, c’est à vous de peser le pour et le contre et de décider si vous souhaitez donner ou pas.

Une cosplayeuse allemande qui rate son avion et demande à ses fans de lui payer un nouveau billet* a récemment relancé le débat du crowdfunding appliqué au cosplay. Cinquante pour cent d’internet s’est déchainé contre elle et son compagnon, arguant que le cosplay est un hobbie et qu’il est déplacé de demander aux gens de payer pour ses passions. L’autre moitié s’est empressée de donner de l’argent en défendant le principe que personne n’était forcé et que la vidéo émouvante postée sur la page de la cosplayeuse les avaient touchés. Ici il s’agit avant tout d’un débat de moralité : est-ce qu’il est moral de demander à des « fans » de donner de l’argent pour financer ses passions ? La question s’est aussi posée lorsqu’une cosplayeuse française expatriée sans sa machine à coudre au pays du Soleil Levant avait lancé sur sa fanpage Facebook un appel aux dons pour financer son nouvel équipement de cosplay. La raison donnée était : « Pour que je puisse de nouveau faire de beaux costumes que vous aimez admirer et puisque vous aimez mon travail, je vous propose de me soutenir. » Tollé général ! Les internautes français ont crié au scandale et ont très largement critiqué cette démarche.

L’opération de financement participatif de la française n’a pas fonctionné du tout alors que celui de l’Allemande a fonctionné au-delà de ses espérances et en quelques heures seulement. La popularité de cette jeune femme est-elle la seule explication à ce succès ? Est-ce que les fans de cosplay(eurs) vivent cette passion par procuration et ont décidé d’aider la jeune femme, l’envoyant à la Blizzcon parce qu’eux-mêmes rêvent d’y aller ? Est-ce qu’ils soutiennent son travail ? Ce sont en tout cas les explications avancées par celles et ceux qui ont donné leur argent pour envoyer une fille se déguiser au bout du monde. Je reste personnellement sceptique sur la moralité de cette démarche et il ne me viendrait jamais à l’idée de demander aux autres de payer pour mes loisirs. Je suis certainement un peu vieux jeu mais j’estime que mes hobbies, je les finance moi-même avec l’argent que je gagne chaque jour de ma vie. Lorsque j’étais étudiante c’était mon argent de poche qui me permettait de payer mes costumes (je travaillais tous les étés et pendant certaines vacances scolaires), et il ne m’est jamais venu à l’idée de demander à qui que ce soit de financer mes déplacements pour faire du cosplay.

Charitable Cosplay Shop et autres oeuvres caritatives « cosplay ».

cosplay caritatif
La boutique est désormais fermée mais Meagan Marie a réuni plus de 2500$ pour Room for Read

Pourtant le crowdfunding n’est pas qu’une solution pour s’en mettre plein les poches ou se faire entretenir, puisque certains cosplayers s’appuient dessus pour financer des œuvres caritatives. C’était le cas de Cosplay for Cause qui a édité deux années de suite des calendriers de cosplayeuses. Tous les bénéfices de la vente de ses calendriers revenaient à des associations humanitaires. Plus récemment Meagan Marie a lancé une boutique d’affiches dédicacées par des cosplayeuses plus ou moins célèbres, offertes généreusement par ses cosplayeuses et dont tous les bénéfices des ventes revenaient à une association visant à développer l’éducation des petites filles dans un pays du tiers monde.

Vous l’aurez compris je suis plus réceptive à ce genre de projet qu’à ceux cités plus haut. Payer pour un calendrier de cosplayeuses, quelles qu’elles soient, ne me viendrait jamais à l’idée sans une vrai raison derrière… à chercher certainement plus du côté des œuvres de charité. Même si je ne condamne pas les opérations de crowdfunding artistiques, j’ai toujours été gênée par cette idée d’appel aux dons pour vivre ses passions.
Et vous, quel est votre avis sur la question ? Vous donneriez ? A qui ?

*EDIT : La demoiselle a finalement pris la décision de rembourser ses fans grâce à l’argent gagné lors du concours de cosplay.
Capture d’écran 2014-12-19 à 10.23.18