Retrospective cosplay 2017

Avec l’arrivée du mois de février et la reprise des conventions en France, il est temps de faire un bilan sur l’année 2017.

Alors que j’ai quelques instants pour moi dans un salon de thé cosy, je fais le bilan de mon année 2017. Les costumes réalisés, les échecs et les réussites, les nouvelles rencontres, les conférences… Un véritable roller-coster d’émotions et d’opportunités.

Un livre, quelques costumes et quelques fails !

L’année dernière a été pleine de rebondissements. J’ai fini l’écriture de mon premier livre, l’Abécédaire du Cosplay, qui est sorti fin juin, juste avant le rush de Japan Expo. Je vous raconterai dans un prochain article comment je me suis retrouvée à écrire, pour vous et un petit peu pour moi aussi ! Mais comme d’habitude je commence dans le désordre, c’est n’importe quoi !

En début d’année 2017 j’étais en pleine écriture, Glénat venait d’accepter mon projet. Comme je cherchais du travail en parallèle, il était difficile de me dégager du temps sereinement pour coudre et impossible financièrement de commencer de nouveaux costumes. J’ai donc passé la plus grosse partie de 2017 à retaper des costumes déjà fini ou à avancer de gros projets laissés de côte. Ou a tenter la technique dite, des chutes de tissus, avec moyennement de succès.

Japan Impact, février 2017

Le mois de février reste un souvenir tout particulier pour moi car j’étais invitée en Suisse pour Japan Impact. C’était ma première convention Suisse et être guest lors d’un évènement aussi sympa que celui-ci m’a donné un énorme coup de boost qui a duré jusqu’à la fin de l’année. Les cosplayeurs du pays du chocolat au lait sont tellement cool et l’ambiance générale est plus posée, plus bienveillante aussi que lors de certaines de nos conventions. Certainement parce que la scène suisse est plus petite que sa cousine française, ça aide beaucoup à garder des contacts sains entre êtres humains. Les cosplayeuses invitées à mes côtés n’étaient autres que la merveilleuse Lily on The Moon et son sidekick poil de carotte, l’adorable Cléo Cosplay. Une rencontre magique puisque je suis fière aujourd’hui de compter ces deux petits trésors au nombre de mes amies.

Le jour où Stylouz Cosplay a compris qui est vraiment le Don Corleone du cosplay français.
Photo : AGVision.ch

 

Epic fail  : la teinture noire n’a jamais prise sur cette tunique ! Notez les cernes sur ce selfie de nuit : il était temps d’aller se coucher !!!

Pourtant, la convention était bien mal partie, puisque la veille de mon départ, j’étais encore en train de teindre une veste de Yennefer de The Witcher, cousue dans un brocard rouge ! Budget minimum oblige, je n’avais pas de quoi acheter le même tissus en noir et j’ai décidé de faire le costume de Yen entièrement en chutes de tissus pour accompagner les filles qui portaient Triss et Ciri. Un échec cuisant et un véritable gâchis de matières premières. Parfois il ne suffit pas d’être motivée, « quand un projet pu des pieds avant même de l’avoir commencer, pas la peine de se forcer ! » (dicton de mamie popette). Le jour de ma première conférence je suis tombée sur LA diva du cosplay : l’incomparable David Chan. Le courant est passé tout de suite entre nous, créatures vaines et accros aux paillettes. Ce mois de février mettait la barre très haut !

Mars, conférence, ateliers et stickers de cosplay

Au mois de mars direction  la médiathèque de la Ferté-Bernard pour une conférence sur le cosplay suivie d’un atelier pour les plus petits. Le stress était à son maximum mais j’ai tout de même réussi à intéresser tous les enfants. Nous avons réalisé de petites roses en ruban et des noeuds d’écolières japonaises. Tous les enfants sont repartis avec un petit quelque chose fait de leur petites mains, c’était magique !

En Mars aussi je lançais ma première collection de stickers de cosplay. Tous les modèles sont partis et à l’heure où je vous écris ces lignes je n’ai plus en stock que les nouvelles versions de la théière, et un ou deux modèles des anciens designs. Je les vends sur ma boutique Storenvy jusqu’à épuisement des (tout petits) stocks et ensuite place aux nouveaux modèles ! Vous m’avez accompagné et encouragé dans cette nouvelle aventure et sans vous je n’aurait jamais eu le courage de montrer ces petits designs au monde ! Merci à vous tous !

David en marraine fait la gueule et moi, hilare. Clairement, l’un de nous deux s’est levé tôt pour arriver à l’heure à la convention !

Après la Ferté-Bernard, direction Paris Manga pour deux jours de folie ! Et encoooore Lily on The Moon et David Chan, presque sur le même stand que moi. Présenter le concours de PM est toujours un challenge, entre le hall ultra bruyant et le public très jeune il n’est pas facile de capter l’attention de tous et de faire honneur aux participants. J’ai fait au mieux et j’espère que vous n’avez pas été déçus. Des caméras de M6 étaient présentes et ont essayé de rendre au mieux l’ambiance et les valeurs que nous défendons dans le cosplay. Certains ce sont montrés un petit peu dur envers les médias cette année encore, n’oubliez pas que les journalistes n’ont généralement pas le dernier mot concernant le montage et le ton d’un reportage. J’envisage d’écrire un article dédié au traitement du cosplay dans les médias le mois prochain. Pour l’occasion je portais pour la première fois ma tenue de Blanche Neige, un peu trop sexy à mon goût et ressortais ma salopette de Mario, réalisée il y a plusieurs années pour un Paris Games Week.

Avril : « je suis trop vieille pour ces conneries de tenues de Sailor » !

Début avril nous avions rendez-vous à Japan Party. Pour l’occasion j’ai créé une tenue de Sailor Darth Vader entièrement en chutes de tissus (les chutes des chutes de yennefer, vous suivez ?) en une aprem. Autant vous dire que la motivation était à son maximum et pour cause : je rejoignais Lily, Cléo et Lunneth pour un groupe Sailor Star Wars. Une convention un poil mitigée pour moi, la fatigue et le stress de ne pas retrouver de travail m’ayant totalement sapé le moral, je me souviens m’être dit dans l’après-midi « je suis trop vielle pour porter ces conneries de jupettes de Sailor Moon »! Pourtant le cosplay c’est aussi pour les vieilles filles comme moi -__-  Une mésaventure qui nous rappelle que le cosplay reste un hobby que l’on se doit de pratiquer dans un bon état d’esprit, par respect pour soi-même !!!

Lunneth, Cléo et Lily, a fond dans leurs rôles. Moi ? Je portais un casque 😉
Photo : 4mate.fr

Une semaine plus tard je me rendais au Festival Manga Le Dorat. Une convention toute petite mais très sympathique où je faisais la connaissance de l’association des Dix Lunes. Des passionnés de cosplay qui partagent leur passion au sein d’une asso et créent collectivement leurs costumes. Une pratique que je découvre juste et à laquelle je vais m’intéresser dans les prochains mois. Pour l’occasion je reportais Bulma et Relm… Pas Sailor Darth Vader !

En mai fais ce qu’il te plait !

Au mois de mai j’attaquais le costume de D.Va Magical Girl. Comme je suis une petite maline, je décidais de me lancer dans la réalisation d’un body corseté à la manière des tenues des playboy bunnies des années 50. Une idée saugrenue puisque c’est une pièce incroyablement difficile à réaliser (sans patron en plus, bravo popette -__- ) et que la pose des baleines n’est clairement pas ma spécialité.

Je lâchais enfin mon casse-tête corseté pour me rendre à Jap&Co pour la deuxième année consécutive en compagnie de David Chan (encooore toiii) et de Nikita. Une convention toujours magique ! La bonne ambiance, la joie des participants, des visiteurs et des organisateurs font de cet évènement un véritable rayon de soleil ! Le soir : concert épique de Bernard Minet avec David. Nous avons chanté (mal et fort) nos génériques préférées après un passage dans la meilleure crêperie du coin. Une soirée de lâcher-prise sans aucun taboo en somme ! Lors de Jap & Co je rencontrais la très jolie Olwen dans une tenue de Draculaura à tomber par terre !

David fait son show devant le public de Jap&Co ! Un véritable succès !

 

Sheryl Nome, Macross Frontier

En mai aussi j’ai eu la chance de présenter le concours de cosplay et une conférence lors de Cosplay in Wesserling, un évènement qui se tenait en Alsace dans un éco-musée incroyable. J’y faisais plus longuement la connaissance des membres de Black Owl Studio, un collectif de props makers et cosplayeurs professionnel d’un niveau démentiel ! La journée s’est fini au soleil avec Sassa et de la bière*, parce que c’est la base.

Juin, juillet, mon bouquin !
A Japan Expo avec Leanne Cosplay et Ada Cosplay, devant le stand Glénat.

En juin, donc, sortait mon premier livre l’Abécédaire du Cosplay ! Mon bébé, mon projet, mon activité principale de cette dernière année. La trouille, le stress, l’excitation. Le 28 juin pour la sortie du livre quelques TV étaient présentes et j’ai enchainé les interviews jusqu’à Japan Expo. Cette convention s’est passée dans le stress, jonglant entre les interviews et le cosplay avec les copines. J’étais tellement fatiguée que je ne suis pas venue le dimanche et j’ai planté quelques unes de mes amies, la semaine précédent JE. Une leçon que je retiendrai : « une chose à la fois, Popette, pour ne pas te planter » ! Malgré tout la sortie du livre a été un succès et j’ai eu l’occasion de présenter le cosplay dans de nombreux médias, sous un jour positif et bienveillant.

Pour ne rien faciliter : je commençais un nouveau job au mois de juin, en même temps que la sortie du livre et du rush JE, parce que le karma c’est aussi ça.

Mon programme pour Japan Expo a été difficile à tenir et j’ai abandonné deux costumes en chemin : D.Va, toujours pas fini et Kitty Cheshire, costume rescapé de mon planning 2016. J’ai porté Bulma deux jours et ai fini dans la douleur et les larmes le costume d’esclave déchiré de Laetha, mon personnage préféré de la série Spartacus. Un énorme bisou à l’équipe du groupe Spartacus (  Craxus Cosplay en Crixus, Paine en Seppia, Ivy’s Envies en Illythia, Sikay en Saxa, Guillaume en Glaber, Muralu en Mira, Mad Mancy en Thessela et Ichigo Ellysea en Lucretia) , ils étaient tous géniaux dans leurs tenues, le role play était au top, on a tout déchiré. Vous noterez que je n’ai absolument aucun recul en écrivant ces lignes. J’ai complètement bâclé mon costume et ai peint le gallon doré n’ayant pas le budget pour en acheter. Le résultat est…. très moyennement ressemblant (ici BIG UP à Lucioles qui a essayé vraiment très très fort de ne pas rire quand en sa qualité de juge elle est venue regarder mon galon, Y AVAIT PAS d’EPINGLE A NOURRICE MEUF !!! 😛 ). Pourtant, j’adore ce costume au point de le porter pour un numéro burlesque. C’est aussi ça le cosplay : faire un costume qui vous plait et dans lequel vous vous sentez bien, point.

Japan Expo – groupe Spartacus. Cette photo résume bien le jeu de scène HYPER POUSSE. Je suis la nana qui se chache derrière la banquette blanche, BTW.
Photo : Laurent D. – Strati

 

A présent, chers lecteurs, accordez-vous une petite pause, le temps de remplir votre tasse de thé ou de café, puisqu’en Août et Septembre, je n’ai rien à raconter. Le temps de me faire à mon nouveau boulot, de me remettre du rush de juillet, de trouver mes marques. La rentrée burlesque a été aussi très riche puisque je jouais toutes les deux semaines au Dr Lupin en plus des dates des collègues parisiennes. Je reportais d’ailleurs le fameux costume de Laetha.

En novembre, ne te découvres pas d’un fil…

… non vraiment ! Week-end froid mais chaud dans nos petits coeurs à Art to Play à Nantes. Le public et l’hivers étaient au RDV, j’ai donc chamboulé tout mon programme cosplayesque et porté ma tenue de Loki vendredi et dimanche. Je déteste porter Loki parce que le pantalon se détend, les chaussures me font mal aux pieds, la couronne me fait mal au front, la perruque trop lourde me fait mal au cou et la cape me tient trop chaud. Sauf à Nantes où je suis restée vendredi toute la soirée et dimanche toute la journée à faire le glaçon dans ma cape.

Art to Play – conférence sur le Cosplay.
Photo de AC – Photographie

Le samedi, enfin, je portais D.VA… ou presque ! Le temps glacial m’a forcé à fermer la jupette comme une vraie jupe devant pour ne pas attraper la mort, je gardais mon petit gilet sur la poitrine toute la journée et des bottes fourrées. Très occupée à ne pas attraper froid, j’oubliais même de me faire le maquillage rose sur les joues. Tête de linotte un jour, tête de linotte toujours !

Art to Play – Juger le concours avec Ju Manjie et Harker !
Photo : AC – Photographie
Fin d’année et nouvelles découvertes.

Pour marquer le coup de la fin de l’année et de la dernière convention de 2018, je décidais de maîtriser une nouvelle technique. La technique dite du sandwich qui consiste à créer des pièces en mousse, y compris les détails et à la prendre en sandwich entre deux plaques de worbla. Je suis assez satisfaite du résultat sur ma nouvelle coiffe de Thor et de l’avancée de pièces d’armures de poitrines. La convention du mois de décembre avec Lily on The Moon (mon phare dans la nuit… lâche le houmous, tuvas te transformer en pois chiche !!!)  et Nad Cosplay s’est révélée sportive. J’en retiendrai surtout le macdal offert par Tatouille, qui fait une excellent imitation de moi derrière mon stand et les moments trop courts avec les copains Antony et Fairy. Et bien sur, bien sur, bien sur la soirée Miss France. Big Up à Panda Cosmaker qui a su faire au mieux avec rien et qui propose toujours un contenu cosplay de qualité. C’est un plaisir de « travailler pour toi », bitch !

Quelques uns des produits que vous pourrez vous procurer via Storenvy ou Patreon !

Mercredi prochain, découvrez mon (très légers) planning de cosplay 2018, mais aussi pourquoi j’ai rejoint Patreon, ce qui va changer et ce qui ne va pas changer.

 

 

 

 

*Interdite aux mineurs, à consommer avec modération. Si, si…

 

Pauline, alias Popette, fait du cosplay depuis 2000 et représente la France au World Cosplay Summit en 2004 et 2005, au Japon. En 2016 Popette décide de se lancer dans une nouvelle aventure : épaulée par les éditions Glénat et forte du succès de son blog, elle écrit un ouvrage sur le cosplay, premier dans son genre en France. L'Abécédaire du Cosplay sort le 28 juin 2017.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *