Cospositive et concours de cosplay : une cohabitation difficile ?

Est-il possible de rester un·e cosplayeur·euse « cospositif » lorsque l’on est confronté au terrifiant concours de cosplay ? Que l’on soit juge ou cosplayeur·euse, être bienveillant et respectueux peut changer du tout au tout votre expérience et celles des autres… en mieux !

Le concept cospositif, ou cospositive en anglais, ne s’applique pas qu’au physique des cosplayeur·euse·s. Il s’agit véritablement de faire entrer le positif, la bienveillance, le respect de l’autre et de soit, au coeur de sa pratique du cosplay. Pourtant, est-il possible d’être un·e cosplayeur·euse cospositif·ve alors que nous devons juger un concours, affronter des ami·e·s sur scène ou tout simplement les encourager depuis les gradins ?

Juge de cosplay & Cospositive

Le rôle du juge de cosplay est indispensable car passer devant un « jury cosplay » offre l’occasion de confronter son travail aux critiques de ses paires, plus expérimentés. Ces derniers définissent un classement et choisissent les vainqueurs. La difficulté du costume, la ressemblance avec l’image de références, la maîtrise des techniques, la qualité de l’interprétation sur scène sont autant de critères que les juges doivent prendre en compte afin de décider des « meilleurs » cosplayeurs de la compétition.
Alors qu’est-ce que le cospositive vient faire là dedans ? Durant ma très longue carrière de cosplayeuse, j’ai eu l’occasion de juger de nombreux concours. La plupart du temps, tout se passe bien mais parfois certaines remarques, éléments de langages ou attitudes peuvent surprendre, choquer, voir blesser les cosplayeur·euse·s que l’on juge. Notamment lorsque l’on attaque l’épineux sujet de la ressemblance. C’est un critère que l’on retrouve souvent sur les feuilles de notation qui nous sont remises en début de concours et que je vous encourage à ne pas suivre ( Marie de Black OWl Studio me rejoint sur ce point dans son excellent article de blog sur l’envers des concours de cosplay ).
Comment le juge doit-il juger de la ressemblance au personnage incarné en concours ?
Au-delà du corps du cosplayeur·euse, c’est parfois la façon dont une robe, un manteau, une tunique vont tomber qui va influer sur le jugement du jury. Pourtant, un manteau parfaitement réalisé, ne tombera pas de la même façon sur un·e cosplayeur·euse avec plus ou moins de fesses par exemple et cela ne doit pas entrer en ligne de compte lors du jugement. Il en va de même pour la taille d’un motif, d’un bouton, ou d’un ruban, qui peuvent changer d’échelle en fonction de la corpulence de la personne qui porte le costume : il est parfois difficile de prendre en considération tous ces facteurs en un coup d’oeil.
Être un bon juge de cosplay et rester dans l’esprit du cospositive, c’est simplement être juste avec les cosplayeur·euse·s. Prendre en compte que les êtres humains ont des morphologies variées qui ne doivent pas être un frein en concours.

Enfin, le rôle du juge de cosplay est aussi d’accompagner les cosplayeur·euse·s, de les aider à s’améliorer et leur donner confiance en eux. Car être un juge de cosplay bienveillant c’est se rappeler que si l’on se sent « tout·e puissant·e » le temps d’un concours, chaque remarque restera gravée dans la mémoire des participant·e·s pour longtemps. Et que l’on a non seulement le devoir d’être juste, mais aussi d’être respectueux. Ne pas « casser » juste parce qu’on en a l’occasion. Les cosplayeur·euse·s demandent de plus en plus des feed back sur leur passage sur scène, ce qu’ils doivent améliorer pour être mieux placé. Il est devenu habituel pour les juges de rencontrer les cosplayeur·euse·s après la remise des prix. Un moment durant lequel les nerfs lâchent, la pression retombe et où les émotions sont exacerbées. Juges, c’est le moment de réfléchir aux mots que vous allez employer. Si vous êtes fatigués par votre journée, c’est encore plus vrai pour les cosplayeur·euse·s, même si ils sont un peu à vif, restez gentils.

Toi aussi, public, tu peux ajouter une touche de cospositif !

les spectateur·trice·s ont des animes préférés, des prestations qu’il·elles apprécient plus qu’une autre, des personnages qui les touchent plus que d’autres. Comment peuvent-il·elles être positif ? En applaudissant tout le monde, même celui qui se trompe dans sa choré ou celui qui perd un bout de costume, celle qui monte sur scène pour la première ou celle qui a déjà remporté 12 concours internationaux. Si « Let it Go » résonne pour la 5ème fois du concours ou si vous n’avez pas compris ce qu’il vient de se passer sur scène, chaque remarque, chaque soupir, chaque petit rire peut s’entendre sur scène, notamment lors des petites conventions. Applaudissez, encouragez, célébrez celles et ceux qui dépassent parfois toutes leurs peurs pour partager avec vous un moment entre fans 😉

Pauline, alias Popette, fait du cosplay depuis 2000 et représente la France au World Cosplay Summit en 2004 et 2005, au Japon. En 2016 Popette décide de se lancer dans une nouvelle aventure : épaulée par les éditions Glénat et forte du succès de son blog, elle écrit un ouvrage sur le cosplay, premier dans son genre en France. L'Abécédaire du Cosplay sort le 28 juin 2017.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *