Le rachat de Star Wars par Disney (ou Marvel, racheté par Disney…) a inspiré de nombreux cross-over aux fans (et au détracteurs) de la Guerre des Etoiles et des Princesses Disney. Parmi les productions de fans on retrouve bien entendu des créations de cosplayeurs inspirés par ces deux univers.

Et que se passe-t-il quand le « meilleur » de ces deux fandoms se rejoignent ?

Je ne sais même pas quoi écrire dans cette légende tellement je suis désespérée !
Je ne sais même pas quoi écrire dans cette légende tellement je suis désespérée !

Des Princesses Disney. Dans des tenues de Slave Leia. Qui sourient.
(Tu noteras comme j’ai écrit cette phrase en plus gros et plus gras histoire d’accentuer le côté dramatique…)

Pour les trois du fond qui n’ont jamais regardé La Guerre des Etoiles (et c’est pas grave hein), quand on dit « slave Leia » c’est pas le nom de l’héroïne. Son prénom c’est pas Slave et son nom de famille c’est pas Leia. « Slave » en anglais veut dire esclave ( hé ! oui !) et l’expression fait référence à la tenue que Carrie Fisher, interprète de la princesse Leia, portait dans le film Le Retour du Jedi.

Qu’est-ce donc que cette tenue iconique ?

Le désespoir sur le visage de la Princesse Leia et c'est pas parce que son maillot de bain est trop serré !
Le désespoir sur le visage de la Princesse Leia et c’est pas parce que son maillot de bain est trop serré !

Il existe beaucoup d’articles (majoritairement en anglais) qui expliquent pourquoi cette tenue pose problème. Je ne suis pas journaliste et j’espère réussir à vous expliquer avec mes mots ce que je ressens. J’aime les bikinis et les filles sexy. J’aime le cosplay sexy, j’aime le striptease, je fais du burlesque. Je n’ai pas de souci avec une fille en bikini. Sauf avec celui de Leia, mon héroïne, ma politicienne préférée, Princesse en exil qui dirige une armée de rebelles contre un empire sur-puissant et une armée de mecs en armures blanches qui ne savent pas viser. Leia c’est une femme de caractère, souvent en colère, qui ne se laisse pas faire. L’actrice qui l’a incarné à l’écran, Carrie Fisher, a souvent jugé durement ce personnage qui lui colle encore à la peau quelques 40 années plus tard. Et elle juge encore plus durement ce bikini en métal qu’elle a détesté porter et tout ce qu’il représente.

« Don’t be a slave like I was … You keep fighting against that slave outfit. »

« Ne sois pas une esclave comme je l’ai été… Continue de te battre contre cette tenue d’esclave. »

Carrie Fisher à Daisy Ridley, interprète de Rey la nouvelle héroïne de Star Wars.

Leia, donc, se bat pour faire régner la justice et la liberté dans la galaxie. Elle dirige une armée, donne des ordres, ne se laisse pas marcher sur les pieds par Dark Vador (qui pourtant fait peur à TOUT LE MONDE sur son propre vaisseau) et n’hésite pas à balancer des messages vidéos à toute la galaxie via le wifi hyper vip de R2D2. Dans les faits comme sur le papier, elle est une héroïne badass. Sauf que. Star Wars étant un film fantastique pensé « pour les garçons adolescents », il faut bien émoustiller leurs sens en éveil. Et c’est là que le bât blesse puisque la brillante idée de la team marketing de Lucas (ou du bonhomme lui-même on ne sait pas trop) c’est d’enlever le personnage principal féminin, d’en faire la captive d’un mafieux marchand d’esclaves, de la forcer à porter une tenue minimaliste et d’en faire une esclave sexuelle. Dans un film d’aventure tout public. Et puis, des fois que le sort de Leia soit trop difficile à comprendre on lui ajoute des chaines autour du cou et on la couche aupied (si on peut dire) de l’infâme bestiole qui lui sert à présent de « maître ». Oh et j »oubliais, juste un détail : on la fait taire. Leia ne dit pas un mot tant qu’elle porte sa tenue d’esclave, elle a juste le droit de s’étrangler quand Jabba tire sur sa chaine. Les apparitions de la Princesse Leia prisonnière de Jabba the Hutt sont de véritables scènes de torture physiques et psychologiques.

Je pense que si tu es arrivé jusqu’ici dans ta lecture, tu ne peux pas me contredire sur le fait qu’être Leia quand elle est prisonnière de Jabba, ça pue. C’est être victime d’attouchements sexuels, de violences et de torture psychologique.
Heureusement, ensuite, elle étrangle Jabba avec les chaines du patriarcat et de la misogynie. Parce que quand même il faut pas déconner.

Le souci avec le bikini de Leia ce n’est pas le bikini. C’est le fait que ces quelques scènes durant lesquelles l’héroïne modèle de millions de petites (et de grandes) filles est réduite à l’état de sextoy résument aujourd’hui l’image du personnage.

Mais revenons à nos Princesses Disney, en tenue d’esclaves de l’espace.

Parce que c’est de ça que je voulais parler au début, souviens-toi !
Donc les Princesse Disney, si tu vis sur une autre planète, ce sont les héroïnes des contes de nos grand-mères (et de leurs grand-mères avant elles, parce que Cendrillon ça date) animées par les studios Disney.

Quand j’ai exposé mon indignation quand au sort de Blanche-Neige ou Belle à ma collègue Vanessa qui a deux petites filles de 6 et 8 ans, elle m’a répondu « et en plus attends ce sont des enfants » ! Je lui exposais le cas de Belle (17 ans) : victime du syndrome de Stockholm finit par tomber amoureuse et épouser un prince changé en bête poilue puis en prince qui l’a gardée prisonnière pendant des mois et lui a hurlé dessus pendant 1 heure du film. J’enchainais, bien remontée, sur le cas de Blanche-Neige (14 ans) qui nettoie le porche de sa Belle-mère avant de se faire presque assassiner dans la forêt et qui finit par épouser un type qu’elle ne connait pas mais qui l’embrasse alors qu’elle est dans le coma. Soit-disant que le baiser d’amour sincère a levé le sortilège mais en vrai il a du bien la galocher alors qu’elle était dans les vapes pour faire appel d’air et lui sortir le morceau de pomme qu’elle avait coincé dans le gosier. Ambiance. Et là Vanessa qui en rajoute une couche en me rappelant que ce sont des enfants. DONC on ajoute la maltraitance sur mineurs à ces histoires d’amour un peu glauques. Déjà là on part mal.

J’aime quand même les Princesses disney même si côté féminisme on repassera. C’est mon choix et je l’assume. Je leur pardonne parce que ce sont des personnages ancrés dans leurs époques : d’abord celle dans laquelle elles sont censées évoluer (le Moyen-Âge, le 17ème ou 18ème siècle…), puis celle dans laquelle elles ont été animées (enfin presque parce que Blanche-Neige et Aurore ça passe mais Belle et Ariel… Putain Ariel et son père raciste qui veut pas mélanger les humains et les poissons, on en parle ?). Mais du coup je ne pardonne rien à Raiponce qui est d’une stupidité sans-nom et qui n’a pas été créée dans les années 50. Bref je m’égare.

Alors que je scrollais sur facebook je vois passer ça :

Slave Elsa, Slave Belle, Slave Mulan et Slave Pocahontas.
Slave Elsa, Slave Belle, Slave Mulan et Slave Pocahontas. Elles ont même leurs petites chaines autour du cou, c’est trop mignon. -_-

« Traditional Princess Leia cosplays used to be the highlight at conventions a few years ago, but costumers quickly became tired of the same old outfit. Thankfully, some creative cosplayers put their own twists in the costume lately, mashing up the Star Wars Universe with other unreleated franchises, and the results look stunning!

York in a Box took some photos of cosplayers who mashed up the iconic Slave Leia costume with Disney princesses. Below, you’ll see the fantastic cosplays of Ashlynne Dae as Elsa,Elizabeth Rage as Belle, Rian Synnth as Mulan, and Hendo as Pocahontas. »

Pour celles et ceux qui speakent pas l’english la personne qui a posté cette photo ajoute en commentaire que « pendant des années les cosplayeuses en bikini de Leia étaient le rayon de soleil des conventions (Note de Popette : mais WTF putain !) mais que ce costume est vite devenu trop répétitif. Heureusement certaines coslayeuses ont su mettre leur esprit créatif au service de ce design, un mix de Star Wars et d’une franchise qui n’a rien à voir et le résultat est génial ! « 

Les costumes sont très bien faits et l’attention apportée aux petits détails est vraiment chouette : la rose de Belle ou le code couleur de la tenue de Pocahontas par exemple. Pourtant je suis gênée quand je vois que les cosplayeuses ont choisi cette tenue parmi les vêtements pourtant emblématiques de la saga Star Wars.

Quand ma collègue a vu cette photo elle m'a dit "On ne s'adresse plus aux petites filles mais aux pervers sexuels"
Quand ma collègue a vu cette photo elle m’a dit « On ne s’adresse plus aux petites filles mais aux pervers sexuels ». Je n’irai pas jusque là mais effectivement cette image où Elsa est soumise à Hans, le méchant du film Frozen, est un parallèle avec Leia et Jabba. En quoi est-ce un fantasme de mettre le personnage d’Elsa qui est fort, indépendante et insoumise (surtout insoumise) dans le rôle de la prisonnière (sexuelle) ?

Elsa est une Princesse Disney issue du film Frozen : c’est la Reine d’un petit royaume qui se sauve lorsque l’on découvre ses pouvoirs magiques par peur du regard des autres. Durant le film les enfants suivent deux quêtes : celle de Anna qui veut à tout prix épouser le prince-teubé-mais-surtout-méchant et qui finit par comprendre que l’amour c’est pas comme dans les contes de fées et celle de Elsa (notamment moins gnan-gnan) qui va devoir apprendre à s’accepter comme elle est sans se soucier du regard des autres. Une vrai leçon de vie pour les petites filles et les pré-adolescentes, ce film a aussi su séduire le public jeune LGBT qui s’est reconnu dans la chanson « Let it go » que chante Elsa, traduite en français par « Libérée, Délivrée »… Pas sûr qu’elle ait eu envie de pousser la même chansonnette accrochée aux tentacules visqueuses de Jabba the Hutt !
Quand tu choisis de la cosplayer, tu choisis (selon moi) d’incarner une personnalité forte qui est prête à tout endurer pour sauver sa frangine débile et son royaume. C’est LA Princesse Disney qui s’oppose au mariage de sa soeur Anna avec le prince charmant rencontré 5 minutes plus tôt au détour d’une chansonnette idiote. La tenue iconique que Elsa porte dans le film est un symbole de sa libération (j’insiste lourdement mais elle le dit elle-même putain), de son désir de se révéler au monde. Ici le choix de cette tenue la rabaisse au rang de fantasme, de Princesse muette et soumise aux désirs de Jabba The Hutt/Hans. Imaginez deux minutes Belle ou Elsa à la place de Leia dans l’extrait vidéo que je vous ai mis plus haut.

J'ai beau aimer voir des filles en petites tenues je ne peut m'empêcher de voir dans cette photo un harem de filles nues au milieu d'hommes habillés...
J’ai beau aimer voir des filles en petites tenues je ne peux m’empêcher de voir dans cette photo un harem de filles nues au milieu d’hommes habillés…

Je ne juge pas celles et ceux qui aiment porter le bikini de Leia ou des tenues de Princesses Disney sexy, même en slave bikini. Je ne suis personne pour juger, pour dire si c’est bien ou non. Par contre je sais que ce n’est pas cette image d’héroïne que j’ai envie de montrer à mes neveux ou aux filles de ma collègue. j’ai envie de leur présenter des héroïnes fortes, des héroïnes libres, des héroïnes qui seront de bons modèles. Des héroïnes qui, comme Leia ou Mulan ne se conforment pas à l’idée de laPrincesse en danger. Des héroïnes qui réfléchissent, qui sauvent leur prince, leur frère ou la galaxie tout entière et dont on se souvient pour ce qu’elles ont fait, pas pour ce qu’elles portaient. Le bikini de Slave Leia ne doit pas être une représentation unique et réductrice de ce personnage, comme il ne doit pas devenir un instrument de « féminisation » de Princesses (Disney) déjà ultra-séxuées dans leurs désirs et leur essence même. Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *