Le cosplay, le crowdfunding et les oeuvres de charité

Depuis plusieurs années sur Internet le crowdfunding est devenu chose courante et les projets en financement participatif se multiplient aussi dans les communautés cosplay. Beaucoup de cosplayeurs et de photographes proches du milieu se sont déjà lancés dans l’aventure crowdfunding avec plus ou moins de succès. Quelles sont leurs démarches, leurs buts, leurs réussites et même leurs échecs ? Décryptons ensemble ce phénomène !

Une cosplayeuse qui a besoin de financement pour un costume, un photographe qui veut lancer son calendrier, une association qui souhaiter monter un projet… Ils ont tous en commun pas mal d’ambition, des rêves et un cruel besoin de financement. Pour cela ils se sont tournés vers un type de financement qui existe depuis un certain nombre d’années et qui ne fait pas toujours l’unanimité.
Le site de l’APCE (Agence Pour la Création des Entreprises) en donne cette définition :

Le crowdfunding, appelé également financement participatif, est une technique de financement de projets de création d’entreprise utilisant Internet comme canal de mise en relation entre les porteurs de projet et les personnes souhaitant investir dans ces projets.

Pratique ancienne, elle fait l’objet actuellement d’un large engouement en raison de sa simplicité de fonctionnement et des difficultés que rencontrent certains créateurs à trouver des financements.

Financer un calendrier, un billet d’avion, du matos pour faire des costumes…

calendrier cosplay
Yaya Han finance elle-même son calendrier, une démarche transparente et professionnelle.

Tous les deux mois, un nouveau projet de calendrier cosplay à succès voit le jour sur Internet et les cosplayeurs « connus » invités à faire partie du projet se démènent pour faire casquer leurs fans. Ces projets artistiques font grincer des dents bien des détracteurs des « famous cosplayeurs », car ils estiment que c’est un moyen pour les instigateurs de ces projets de faire des bénéfices sans avancer d’argent. C’est en effet l’intérêt principal du financement participatif : les gens investissent en échange d’une contrepartie pré-établie, permettant aux personnes à l’origine du projet de mener à bien celui-ci sans avoir à faire de prêt. Pourtant une fois le calendrier cosplay imprimé et prêt à être vendu, si celui-ci fonctionne bien, où vont les bénéfices ? C’est une question que les internautes se posent pour de nombreux projet et afin de donner en toute transparence il est bon de lire intégralement la description du projet avant de donner vos deniers. S’il est clairement pré-établi, par exemple, que les personnes qui vont travailler sur ce projet ne seront payées qu’avec les bénéfices ou bien si au contraire le financement participatif sert à payer les travailleurs et qu’il n’est indiqué nulle part à qui reviendront les bénéfices, c’est à vous de peser le pour et le contre et de décider si vous souhaitez donner ou pas.

Une cosplayeuse allemande qui rate son avion et demande à ses fans de lui payer un nouveau billet* a récemment relancé le débat du crowdfunding appliqué au cosplay. Cinquante pour cent d’internet s’est déchainé contre elle et son compagnon, arguant que le cosplay est un hobbie et qu’il est déplacé de demander aux gens de payer pour ses passions. L’autre moitié s’est empressée de donner de l’argent en défendant le principe que personne n’était forcé et que la vidéo émouvante postée sur la page de la cosplayeuse les avaient touchés. Ici il s’agit avant tout d’un débat de moralité : est-ce qu’il est moral de demander à des « fans » de donner de l’argent pour financer ses passions ? La question s’est aussi posée lorsqu’une cosplayeuse française expatriée sans sa machine à coudre au pays du Soleil Levant avait lancé sur sa fanpage Facebook un appel aux dons pour financer son nouvel équipement de cosplay. La raison donnée était : « Pour que je puisse de nouveau faire de beaux costumes que vous aimez admirer et puisque vous aimez mon travail, je vous propose de me soutenir. » Tollé général ! Les internautes français ont crié au scandale et ont très largement critiqué cette démarche.

L’opération de financement participatif de la française n’a pas fonctionné du tout alors que celui de l’Allemande a fonctionné au-delà de ses espérances et en quelques heures seulement. La popularité de cette jeune femme est-elle la seule explication à ce succès ? Est-ce que les fans de cosplay(eurs) vivent cette passion par procuration et ont décidé d’aider la jeune femme, l’envoyant à la Blizzcon parce qu’eux-mêmes rêvent d’y aller ? Est-ce qu’ils soutiennent son travail ? Ce sont en tout cas les explications avancées par celles et ceux qui ont donné leur argent pour envoyer une fille se déguiser au bout du monde. Je reste personnellement sceptique sur la moralité de cette démarche et il ne me viendrait jamais à l’idée de demander aux autres de payer pour mes loisirs. Je suis certainement un peu vieux jeu mais j’estime que mes hobbies, je les finance moi-même avec l’argent que je gagne chaque jour de ma vie. Lorsque j’étais étudiante c’était mon argent de poche qui me permettait de payer mes costumes (je travaillais tous les étés et pendant certaines vacances scolaires), et il ne m’est jamais venu à l’idée de demander à qui que ce soit de financer mes déplacements pour faire du cosplay.

Charitable Cosplay Shop et autres oeuvres caritatives « cosplay ».

cosplay caritatif
La boutique est désormais fermée mais Meagan Marie a réuni plus de 2500$ pour Room for Read

Pourtant le crowdfunding n’est pas qu’une solution pour s’en mettre plein les poches ou se faire entretenir, puisque certains cosplayers s’appuient dessus pour financer des œuvres caritatives. C’était le cas de Cosplay for Cause qui a édité deux années de suite des calendriers de cosplayeuses. Tous les bénéfices de la vente de ses calendriers revenaient à des associations humanitaires. Plus récemment Meagan Marie a lancé une boutique d’affiches dédicacées par des cosplayeuses plus ou moins célèbres, offertes généreusement par ses cosplayeuses et dont tous les bénéfices des ventes revenaient à une association visant à développer l’éducation des petites filles dans un pays du tiers monde.

Vous l’aurez compris je suis plus réceptive à ce genre de projet qu’à ceux cités plus haut. Payer pour un calendrier de cosplayeuses, quelles qu’elles soient, ne me viendrait jamais à l’idée sans une vrai raison derrière… à chercher certainement plus du côté des œuvres de charité. Même si je ne condamne pas les opérations de crowdfunding artistiques, j’ai toujours été gênée par cette idée d’appel aux dons pour vivre ses passions.
Et vous, quel est votre avis sur la question ? Vous donneriez ? A qui ?

*EDIT : La demoiselle a finalement pris la décision de rembourser ses fans grâce à l’argent gagné lors du concours de cosplay.
Capture d’écran 2014-12-19 à 10.23.18

Pauline, alias Popette, fait du cosplay depuis 2000 et représente la France au World Cosplay Summit en 2004 et 2005, au Japon. En 2016 Popette décide de se lancer dans une nouvelle aventure : épaulée par les éditions Glénat et forte du succès de son blog, elle écrit un ouvrage sur le cosplay, premier dans son genre en France. L'Abécédaire du Cosplay sort le 28 juin 2017.
15 comments
  1. Je n’aime pas l’idée de demander de l’argent pour des déplacements. En revanche, je ne vois aucun soucis à ce que des personnes souhaitant voir un projet voir le jour veuillent participer au financement. Une amie cosplayeuse a perdu soudainement son emploi et a du stopper ses projets en cours. Je la voyais déprimer jour après jour malgré ses efforts pour en retrouver un. Pour lui remonter le moral et parce que son projet me tenait à coeur comme s’ il était le mien, je lui ai offert les matériaux nécessaire à son commencement. Quelques temps après elle a retrouvé un emploi et m’a remboursé mais au moins son moral avait tenu cette longue attente. Je ne vois guère la différence avec le crowfounding. Le cosplqy est certes un loisirs mais comme beaucoup de loisirs les investissements financiers sont énormes. Dans d’autres loisirs la famille et les amis offrent souvent leur aide pour financer des projets en lien ou l’achat de matériel. Sauf que dans le cadre du cosplay l’activité étant souvent cachée aux proches (pas toujoirs heureusement), ou peu souvent encouragée, les cosplayers se debrouillent souvent eux mêmes. Alors je ne suis pas contre le crowfunding si c’est pour financer en partie un projet qui nous tient à coeur mais qu’on ne peut monter sans ça. Après il faut être réglo envers ceux qui le financent.

    1. Pyrrha, personnellement je trouve qu’offrir les matières premières à une amie (qui rembourse éventuellement après) n’est pas du tout la même chose que de faire un crowfounding. un crowfounding c’est « réclamer de l’argent » en quelque sorte à des quasi inconnus, alors que dans le cas de ton amie, c’est beaucoup plus proche; c’est toi qui a décidé de lui offrir les tissus nécessaires (comme tu aurais pu lui offrir un livre ou quelque chose d’autre pour son anniversaire).
      n.b: je n’ai rien contre les crowfoundings, mais je pense qu’ils doivent plus servir pour des projets artistiques « collectifs » (par exemple un film bénévole, une avance de trésorerie pour une association qui veut faire venir un groupe etc…) plutôt que pour une seule personne

    2. Je ne pense pas que ton cas c’est du financement participatif, c’est juste un beau geste d’une amie à une autre 🙂

  2. Je donnerai à une entreprise qui pourrait me rapporter des « dividendes » pas pour une passion…

  3. Pourquoi le financement participatif ne pourrait être perçu comme du mécénat dans le cas du cosplay? Pourquoi serait-il déplacé pour quelqu’un de soutenir un projet artistique ou un artiste? Ces quelques questions sont là pour apporter un peu de contradiction dans un article certes intéressant mais peu nuancé et vaguement moralisateur. Personnellement, j’ai déjà acheté des livres à des cosplayers et j’ai soutenu (sans succès) un projet de magazine cosplay et je n’ai pas eu l’impression de me faire voler par eux, ni même qu’ils me demandaient quelque chose de déplacé. Chacun est libre de contribuer s’il estime que la démarche mérite d’être soutenue et je ne vois pas pourquoi passion et recherche de financements seraient incompatibles. Sans cela, beaucoup d’artistes ne vivraient pas d’ailleurs…

    1. Hello, merci de ton commentaire très intéressant 🙂
      Alors pour te répondre franchement (en essayant de ne pas paraitre trop moralisatrice du coup ;p ) je ne pense pas que le cosplay soit de l’art et donc je ne pense pas que le mécénat puisse s’appliquer au cosplay. Ce n’est que mon avis personnel.
      Acheter des livres à des cosplayers pour les soutenir c’est comme leur acheter des prints, ce sont des actions que j’ai moi-même fait parce que j’aime le système d’échange commercial simple et transparent. Ici il ne s’agit pas de créer de l’art mais bien de demander à financer un loisir. C’est comme si je lançais un crowdfunding pour me payer une nouvelle canne à pêche pour mes prochaine vacances au bord d’un lac : les gens participeront si ils le souhaite, il n’en reste pas moins qu’à titre personnel je ne trouve pas cette démarche très correcte. Mais je respecte tout à fait ton point de vue aussi 🙂

  4. Moi je trouve que le crowdfunding de Cosplay c’est un peu n’importe quoi. Demander aux gens de payer pour un truc qui ne va au final profiter qu’à soi même c’est vraiment très bas.
    Que ce soit pour une machine à coudre, du worbla, un ticket de
    Conv…même pour un calendrier c’est vraiment gonflé ! Surtout un calendrier ca be coûte pas des milliers d’Euro a réaliser.. Et surtout si ce calendrier va être vendu par la suite ! Alors on investit et on gère les bénéfice c’est comme ça que les gens qui se sortent le doigt du cul font. Si la seule chose qu’on en tire c’est une satisfaction personelle d’avoir fait un truc avec des filles bonnes ben désolée tu te demerde.

    Maintenant le charity Cosplay c’est une histoire complètement différente … La meuf avec son billet d’avion aussi c’était un peu une mesure d’urgence même si je cautionne pas, ça me choque
    Quand
    Même un peu moins

  5. « Tollé général ! Les internautes français ont crié au scandale et ont très largement critiqué cette démarche. »

    Donc ce serait pas mal de resituer les choses, déjà, ça ne s’est pas réalisé au même moment (ça remonte il y a plus de deux ans il me semble non?) et c’est pas les ‘internautes français’ qui ont critiqué, mais ta sphère d’amis cosplayeurs proche de toi sur internet. je ne pense pas qu’à aucun moment l’affaire ait pu être ‘jugée’ par ce que tu appellerais ‘les internautes français’.

    Je doute même, que concernant l’autre affaire plus récente, les non fans de Lightning et les non cosplayeurs (et leurs proches) aient réagis à son appel au don.

    Pour moi, ces affaires ne touchent pas le grand public, sauf exception, donc elles peuvent difficilement toucher les ‘internautes français’. Sur le fond de l’affaire, sur les réactions à Lightning Cosplay, c’était soit:
    * de la jalousie. (je ne vais pas faire de dessin, tout le monde peut être jaloux d’autrui).
    * des gens qui s’estimaient outrés que la somme puisse aller à un loisir (et non une oeuvre de bienfaisance / caritative, à la limite du ‘pour aider les enfants en Afrique’).
    * de l’hypocrisie quand ces mêmes personnes vont dépenser parallèlement des somme non négligeables sur un cosplay (200-800 euros ?).

    Pour moi, c’est une problématique de tolérance et de choix personnel. Personne ne te force à donner, contrairement à l’un des rares ‘mécanismes solidaire’ de notre pays: les impôts…

    Ce qui n’est pas interdit par la Loi est autorisé. Que X fasse un appel au don pour une raison Y me semble Ok. Du moment que la chose soit légale, que tu ne détournes pas l’argent de Y pour faire une chose Z sans en référer aux donateurs…

    Ensuite, on a deux choses distinctes:
    * le succès (ou non) de l’opération.
    * les réactions des ‘gens’.

    Sur le succès, certains projets vont réussir, d’autres non.
    Lightning Cosplay a pu partir à la blizzcon, Trop Cosplay (dont je n’ai pas parlé jusqu’à présent) n’a pas eu son financement (somme minimale non atteinte). je ne pense pas que la cosplayeuse partie au japon soit passée par un projet participatif encadré.

    Sur Les réactions des ‘gens’, déjà dire ‘les gens’ ou ‘les internautes français’ constitue une approximation grossière, il y a des populations distinctes et différentes, de part leurs origines, leurs cultures ainsi que les expériences personnelles des individus. En France, on est fâché avec l’argent, parfois à juste titre, parfois non, je pense que c’est un tabou bien français. On a été très marqué par le scandale lié à Crozemarie et l’ARC sur le caritatif. (des abus de bien sociaux sur de l’argent destiné à la recherche contre le cancer).

    Une chose est sure la réussite des projets dépend de l’implication des gens dans leur communauté, du relationnel et de l’image des gens demandant des dons avec cette communauté. Noob a pu obtenir 600k euros et c’est clairement pas donné à tout le monde de ramasser une telle somme, maintenant la difficulté est aussi de tenir ses engagements quitte à rembourser les participants en cas d’échec…

    Pour les réactions des gens dans le milieu du cosplay, car c’est bien de cela qu’on parle, comme je l’ai dit, on oscille entre jalousie, scandale (le fait d’être choqué etc.) et hypocrisie. je ne dis pas qu’ils ont tort ou raison, à la limite je m’en fou et je peux leur pardonner de se sentir mal ou d’avoir un avis déplacé quelque soit les raisons…

    Pour ma part, Je pense que, quand on s’investit avec d’autres personnes, que ce nombre grandit au dela du cercle de connaissance, on peut tenter de monter des projets et impliquer ces personnes, et ce de manière financière à défaut de pouvoir leur attribuer un rôle actif, le tout est de trouver un terrain d’entente entre donateur et membre du projets, de bien présenter les choses, d’être clairs, concis et d’agir honnêtement. Si on demande de l’argent, c’est pas pour partir en vacance, c’est pour effectuer certaines choses ou opérations, délimitées, claires et précises dans un projet structuré. Pour reprendre le cas de Lightning Cosplay, ils avaient probablement des engagements à respecter et ne pouvait donc pas tout simplement annuler. Certains projets participatifs proposent des contreparties, mais je pense qu’on peut faire sans, du moment qu’on délimite bien les périmètres…

    Le tout n’est pas de critiquer, mais d’avoir une raison de le faire et que cela serve à quelque chose…

    1. Hello !

      Alors pour répondre en gros à ton com sans en écrire des lignes et des lignes.

      Les réaction vis à vis de Lightning il peut y avoir de la jalousie de la part des détracteurs ça c’est assez humain. Par contre quand tu dis que :
      * des gens qui s’estimaient outrés que la somme puisse aller à un loisir (et non une oeuvre de bienfaisance / caritative, à la limite du ‘pour aider les enfants en Afrique’).
      >>> Oui je pense qu’il est plus sain de donner a une oeuvre de charité que d’envoyer une cosplayeuses au states. Ce n’est que mon point de vue et je ne me permettrais pas de porter un jugement sur celles et ceux qui ont donné, chacun l’a fait en son âme et conscience. Par contre je pense que si vous avez de l’argent à dépenser « en trop » vous pouvez tous et toutes trouver une oeuvre caritative qui vous convient 😉
      * de l’hypocrisie quand ces mêmes personnes vont dépenser parallèlement des somme non négligeables sur un cosplay (200-800 euros ?).
      >>> Je ne vois pas bien où se situe l’hypocrisie car chacun fait bien ce qu’il veut de ses sous et si un tel ou une telle décide de mettre autant d’argent dans un costume mais pas de payer pour envoyer un cosplayeuse au states c’est son droit le plus absolu.

      Ma « sphère d’amis cosplayeurs »ne m’avaient pas fait part de leur avis puisque j’ai moi-même trouvé le projet de la nana partie au japon via un lien facebook diffusé par des amis de communautés orientées blogging, twitter… Des gens qui font partie des internautes français bien que bien loin de la communauté cosplay ne t’en déplaise.

      J’espère avoir répondu en gros 🙂
      Bonne journée à toi

  6. Article intéressant (comme souvent), même si je trouve qu’il est un peu limitatif et qu’il est un peu trop centré sur le cosplay et ne le met pas en perspective par rapport à ce qui se passe dans le milieu geek.
    De fait, si le crowdfunding est si usité par les cosplayers, ce n’est pas à mon avis que parce qu’il est simple d’accès. Je pense d’ailleurs que le love money, à savoir l’argent des proches, est en fait la première source de financement du cosplay à l’heure actuelle (d’autant que la grande majorité des cosplayers sont des 12-25 et n’ont pour beaucoup qu’un début d’autonomie financière). C’est une source souvent oubliée mais bien réelle, quand ce sont vos parents qui vous donnent de l’argent et que vous l’utilisez pour du cosplay, ce sont eux qui financent vos cosplays. Le financement participatif c’est donc potentiellement un remède au fait de faire payer les proches, ou de payer soi, pour beaucoup.
    Mais c’est tout simplement parce que le milieu geek a massivement recours à ce dispositif à l’heure actuelle : Noob, 600 000 euros, Naheulbeuk 200 000 euros, et on est loin des scores atteints par les jeux vidéos américains sur Kickstarter. Enfin, n’oublions pas la merveilleuse potato salad et ses 30 000 dollars.
    C’est normal, quand on voit ça, de se dire : « pourquoi pas moi? », et de vouloir tenter le coup, même si bien souvent on oublie l’énorme travail de préparation d’une campagne de crowdfunding : conception des contreparties, commission de la plate-forme, supports de communication visuels de la campagne… Et tout simplement choix de la plate-forme!
    À l’heure actuelle en effet, sur les 60 millions d’euros que représente le crowdfunding en France (une goutte d’eau dans l’économie, vraiment), Plus de 50% viennent en fait de plates-formes de mises en relation entre des investisseurs et des entreprises (Smart Angels, WiSeed, etc), qui n’ont rien de commun avec celles dont nous parlons.
    De fait, si le crowdfunding a un tel succès auprès des entreprises c’est aussi parce qu’il sert de levier de financement, quand des investisseurs plus classiques ne croient pas à votre projet. Et par mimétisme, des particuliers l’imitent, parce que le milieu geek reste un milieu dominé socialement et économiquement (par rapport, mettons, au luxe ou à l’automobile), donc que les leviers sont différents. Faut-il critiquer les développeurs de Skull Girls 2 car ils vont se faire des bénéfices avec les ventes de leur jeu financé par leurs fans, alors qu’une banque a refusé de leur prêter? On en revient à la base de ce qu’est l’échange marchand, à savoir une vente d’un bien ou d’un service contre une contrepartie. Et ce qui pose souci, je crois, c’est que faire passer un loisir comme de l’échange marchand ne va pas de soi (mais ça, c’est la logique du capitalisme).
    Je voudrais donc conclure par une question pour toi Popette : les plates-formes comme Tipeee offrent déjà la possibilité à des créateurs de contenu (le plus souvent des Youtubers) de faire « tiper » leurs créations, à savoir de recevoir un ou deux euros par vidéo réalisée par eux. Ces créateurs ne sont pas professionnels pour la plupart et réalisent ces vidéos sur leur temps de loisir. L’idée de ces créateurs est qu’ils veulent proposer du contenu de qualité à tous (et certains comme Usul ne peuvent être suspectés de ne pas être sincères dans cette démarche), mais aimeraient que ceux qui veulent apporter un soutien à leur démarche puissent le faire, devenant partie prenante du phénomène (discussions sur skype, contenu exclusif, commentaires vidéos, dessins dédicacés).
    Certains affichent au compteur des sommes variant de 200 à plusieurs milliers d’euros. Que penses-tu de cela et penses-tu qu’un modèle de ce type serait plus « fair » vis-à-vis des fans d’un cosplayer ou d’une cosplayeuse, d’un ou d’une photographe, pour permettre à ceux-ci de financer leur projet artistique au quotidien?

    1. Ta question est super intéressante. A chaud je te répondrais ceci : je suis très généralement gênée par tout type d’appel aux dons lorsqu’il s’agit de financer un loisir. Tout simplement parce que je trouve déplacé de demander au monde de payer pour que je puisse réaliser mes passions. J’ai un travail (je suis graphiste freelance et je peux te dire que vu la conjoncture actuelle je ne roule pas sur l’or) que j’ai choisi, des revenus qui vont avec et je finance moi-même mes loisirs… C’est un choix d’acheter du tissus plutôt que d’acheter plus de nourriture ou de choisir des lentilles de cosplay en solde plutôt qu’un nouveau manteau. Concrètement le cosplay c’est une dépense qui n’est ni utile ni indispensable. Faire des vidéos sur youtube non plus. Des youtubers cherchent des financements ? Qu’ils montent des partenariat avec des marques, des enseignes, que sais-je… Je ne donnerais pas pour un projet de loisir que qu’il soit. Ces jeunes peuvent se procurer l’excellent « Rebel Without a Crew » de M.Rodriguez.

  7. Oui, ça me gene aussi cette histoire de financement participatif pour vivre sa passion. Je me suis posée la question pour moi meme, bien entendu, car c’est très tentant vu la simplicité du système, mais ça ne me paraît pas légitime pour un projet de cosplay. Même si certains de mes costumes servent pour des actions caritatives depuis plusieurs années (ce qui pourrait être un argument pour un appel de fonds, mais ça voudrait dire détourner la notoriété de l’association à laquelle j’appartiens pour mon profit personnel). Je préfère financer mes projets moi meme, sur mes fonds propres et grâce au produit de mes ventes, lorsque j’ai la chance de pouvoir réaliser une commande. Pas toujours simple, mais c’est le choix avec lequel je suis le plus à l’aise.

  8. Certains crowfunding sont à mettre du côté des dons, du tip, etc. Et donner de l’argent ainsi plutôt qu’acheter un enième truc inutile, pourquoi pas après tout.

    On a perdu l’habitude d’offrir j’ai l’impression.

    Les gens ont même du mal à donner à quelqu’un dans la merde qui dort dehors mais hihihihi ce truc trop kawaï à 200$ depuis le japon hihihihi totalement inutile qui prendra la poussière toute sa vie ? Ah oui ça il le faut absolument pour s’accomplir.

    Tipez.
    Donnez.
    Abonnez vous.
    Aidez ceux qui créent le contenu que vous aimez.

  9. Je comprends tout à fait ton point de vue, c’est vrai que moi aussi je trouve un peu « gonflé » de faire appel à la générosité des autres pour financer son loisir. Personnellement ça ne me viendrait pas à l’esprit de quémander des sous pour mon profit personnel. Que des fans veuillent donner c’est très bien, je ne les juge pas c’est même très généreux de leur part mais du point de vue du cosplayer qui reçoit l’argent ça me pose un problème moral. Je ne trouve pas ça normal de demander de l’argent à des inconnus pour quelque chose qui ne profitera qu’à moi. C’est peut-être culturel, je ne sais pas mais ça me gêne… Les fans ne doivent rien aux cosplayers, s’ils font de magnifiques costumes c’est (a priori) avant tout pour eux-mêmes. Après ils méritent la reconnaissance de leur travail -qui peut se traduire par un prix à un concours cosplay- mais c’est tout.
    Alors concernant la fille qui a demandé un financement pour son billet d’avion ça me paraît être la moindre des choses d’avoir remboursé ses donateurs. Si elle avait demandé à des amis de lui prêter de l’argent ça aurait été pareil.

  10. Je vais apporter une petite pierre à l’édifice et nuancer un peu le débat : il se trouve que la cosplayeuse française qui avait proposé un kickstarter est une de mes amies (la distance nous a un peu éloignées depuis, mais à l’époque on était très proches)
    J’avais vu aussi son projet de kickstarter sur sa page, et comme ça m’avait un peu surprise, je lui ai demandé de m’éclairer sur la question. Elle m’avait expliqué qu’elle avait vu que le financement participatif des projets de cosplayeurs était très courant dans d’autres pays, notamment les USA, et qu’elle s’était simplement dit « Pourquoi pas moi ? ».

    Effectivement, si on situe dans le contexte, à l’époque elle était au Japon depuis peu mais savait qu’elle allait y rester (très) longtemps, avait très envie de se lancer dans un projet cosplay et de le porter justement pour l’édition suivante de Japan Expo. Elle avait à l’époque ouvert sa page depuis quelques mois, et même si elle n’avait pas beaucoup de costumes à son actif, soyons honnêtes, ils déchiraient. Les compliments pleuvaient, les gens lui demandaient des nouvelles de prochains costumes alors qu’elle n’en avait plus vraiment les moyens, expat’ oblige.
    C’est là-dessus qu’est venue l’idée du financement. Elle s’était tout simplement dit que ça ne forçait personne, et qu’elle ne dirait pas non à un coup de main.

    Et effectivement, vu le tollé général et la dimension qu’a pris l’affaire, elle en a pris plein la figure. Ça a tourné en bashing. A titre personnel, je ne savais pas trop quoi penser du kickstarter, mais j’y ai participé d’abord parce que (comme le disait quelqu’un plus haut) c’était mon amie, et que je voulais lui remonter le moral. Au final, ceux qui ont donné se comptaient sur les doigts d’une main, et nous étions tous des proches.
    Bilan : ce qui marche aux USA n’est pas forcément bien perçu en France.
    Bilan 2 : chez nous, parler d’argent est tabou.
    Bilan 3 : ça a fait tellement de bazar dans la sphère des cosplayeurs français qu’à ce jour, je crois qu’elle reste la seule à avoir tenté le coup.

    Plus généralement, je fais comme avec les giveaway ou les « like and share » : ça m’intéresse, j’agis, ça ne m’intéresse pas, je passe mon chemin. J’avoue que je ne comprends pas pourquoi les gens en font un tel drame…
    Il est vrai que j’aurais plus tendance à donner quand le but est caritatif, mais c’est une question de convictions personnelles.
    En fait, je ne vois pas tellement ce qui différencie un projet de kickstarter cosplay d’un autre kickstarter à but purement artistique (quand les donateurs ne sont pas juste des fans). Quand le cosplay est pris un minimum au sérieux et bien soigné, on peut peut-être dire que c’est de l’art, non ? (tiens, c’est gratuit, je viens de te filer une idée d’article pour plus tard ;p)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *