Paul Dini dit TOUT sur la politique anti-filles des chaines de télé concernant les dessins-animés de super-héros !

Paul Dini, ça vous dit quelque chose ? Mais si, le co-créateur de la célébrissime série d’animation Batman The Animated series (avec Bruce Timm, mais je vous en reparlerais, promis!).
Monsieur Dini est passé la semaine dernière dans le podcast de Kevin Smith : Fatman on Batman et a livré un témoignage extrêmement intéressant sur la façon dont les personnages féminin ET le publique féminin sont largement dévalués par Hollywood. Son expérience sur Batman TAS, Batman Beyond et Tower Prep lui ont valu un Emmy Award pourtant, il a fait les frais de la politique anti-filles d’Hollywood et en parle sans langue de bois. Accrochez-vous, c’est édifiant !

But then, there’s been this weird—there’s been a, a sudden trend in animation, with super-heroes. Like, ‘it’s too old. It’s too old for our audience, and it has to be younger. It has to be funnier.’ And that’s when I watch the first couple of episodes of Teen Titans Go!, it’s like those are the wacky moments in the Teen Titans cartoon, without any of the more serious moments. ‘Let’s just do them all fighting over pizza, or running around crazy and everything, ’cause our audience—the audience we wanna go after, is not the Young Justice audience any more. We wanna go after little kids, who are into—boys who are into goofy humor, goofy random humor, like on Adventure Time or Regular Show. We wanna do that goofy, that sense of humor, that’s where we’re going for.’”

En bon français :

Plus tard, une étrange tendance est soudainement apparue dans les dessins animés de super-héros. Quelque chose comme, « c’est (ce genre , ndpopette) trop vieux. Trop vieux pour notre public, ça doit être plus jeune. ça doit être plus drôle. » Et quand je regarde les deux premiers épisodes de Teen Titans Go!, il y a tout ces moments de gags dans un dessin animé, mais sans les moments plus sérieux. «Faisons-les s’affronter les uns les autres pour une pizza, ou partout comme des fous, ce genre de choses, parce que notre public- le publique nous souhaitons toucher- n’est plus le public de Young Justice (un autre dessin animé*, un peu plus mature en comparaison, ndpopette). Nous voulons toucher les petits enfants, les petits garçons qui sont plus attirés l’humour maladroit, un peu aléatoire et maladroit, comme sur Adventure Time ou Regular Show. Nous voulons faire du maladroit, ce type d’humour, c’est vers là que nous allons.

Et ce n’est pas tout, la suite est encore plus édifiante, je vous résume en gros la suite de la discussion entre Smith et Dini mais que vous pouvez retrouver sur  DC Women Kicking Ass sur Tumblr.

Hollywood ne veut pas de public féminin (qui représentent quand même 51% de la population, comme le rappel Smith) parce que d’après les pontes d’Hollywood elles n’achètent pas de jouets, produits dérivés, figurines… Rappelons que depuis la loi passée dans les années 80, les industriels américains ont le droit de produire des séries animés comme support de communication pour vendre des jouets (cette loi verra du coup la création et le succès de la série Musclor et les Maîtres de l’Univers). Et Dini  de renchérir sur le fait que les filles n’achètent pas les mêmes jouets que les garçons, et Smith de s’énerver disant qu’il est possible de vendre des produits aux petites filles, d’inventer des produits leurs correspondant, que ce sont les mêmes gens qui disent que les filles ne lisent pas de comics. Paul Dini ajoutes que les pontes d’Hollywood veulent que les filles restent toujours en retrait par rapport aux garçons, présentes mais jamais aussi importantes. Il prends comme exemple son émission de TV Tower Prep pour lequel il avait écrit des épisodes intéressants, mettant en avant tan les garçons que les filles, attirant des familles entières : parents, enfants et beaucoup de filles. Mais Cartoon Network n’a pas kiffé parce que ce sont les gags pour les garçons qu’ils veulent, ceux qui, d’après eux, les font acheter des figurines hors de prix.

Cette discussion met en avant l’un des problèmes majeurs inhérents à cette culture comics : les filles n’y ont pas leur place dès leur plus jeune âge parce que les industriel ne savent pas comment intéresser ce marché et, soyons honnêtes, ne s’intéressent pas à ce marché. En un sens les américains ont beaucoup à apprendre des japonais qui ont su développer une culture de l’animation japonaise et du manga s’adressant aux deux sexes d’abord (shonen et shojo) pour évoluer vers des genres plus généraux (le seinen vise une cible adulte, sans distinction de sexe), tous formant une base de communication solide aux produits dérivés variés qu’ils produisent et vendent par wagons !

La mauvaise foi de Cartoon Network dans l’exemple de Paul Dini est malheureusement tellement représentative du sexisme ambiant infligé aux enfants. Je suis intimement persuadée que le sexisme peut-être combattu par l’éducation des enfants et de leurs parents, que si nous leurs inculquons des valeurs basée sur le respect et la tolérance, et la LIBERTE (bordel) de choisir leurs programmes tv et leurs jouets sans ce soucier de leurs sexe, nous en feront des adultes plus sures d’eux et mieux dans leurs baskets. Et j’aime surtout croire que leurs enfants ne subiront pas les mêmes agressions qui remplissent le quotidien de toutes celles et ceux qui sont « différents ».

Via DC Women Kicking Ass sur Tumblr.
*En savoir plus sur l’arrête de Young Justice dans ces articles en anglais ICI et LA et sur le fait les filles et les comics ICI

Pauline, alias Popette, fait du cosplay depuis 2000 et représente la France au World Cosplay Summit en 2004 et 2005, au Japon. En 2016 Popette décide de se lancer dans une nouvelle aventure : épaulée par les éditions Glénat et forte du succès de son blog, elle écrit un ouvrage sur le cosplay, premier dans son genre en France. L'Abécédaire du Cosplay sort le 28 juin 2017.
2 comments
  1. très bon article didonc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *