Sexisme et cosplay en France : mythe ou réalité ?

Sexisme et cosplay. Voilà un sujet qui a fait pas mal coulé d’encre outre-atlantique mais qui reste peu traité chez nous. Est-ce par pudeur, par lâcheté ou tout simplement ce phénomène est-il beaucoup moins présent chez nous ?

"UGH ! ça devrait être interdit par la loi de faire un cosplay d'un personnage qui n'a pas le même corps que soit..." "Raté !"
« UGH ! ça devrait être interdit par la loi de faire un cosplay d’un personnage qui n’a pas le même corps que soit… » « Raté ! »

Je lisais il y a peu une interview de trois cosplayeuses US à propos de féminisme et de sexisme. j’ai trouvé intéressant de noter les différences de discour de ces trois femmes : leur façon de cosplayer, leur vision du féminisme, leur relation au corps avec et sans costume, leur vécu en convention. Des discours tous très personnels mais aussi incroyablement marqués par un réel désir de liberté. Cet article m’a donné envie d’écrire sur le sujet et c’est tout naturellement qu’après réflexion j’ai voulu connaitre le ressenti de cosplayeurs français que je connais. Pourtant quelle ne fut pas ma surprise en lisant leurs réponses : beaucoup d’entre eux me répondaient qu’ils ne se sentaient pas du tout concernés par le sexisme inhérent à leur hobby mais qu’ils liraient mon article avec attention, d’autres on répondu un peu à côté de la plaque, confondant sexisme et sexy. Je me suis rendue compte que le sujet n’était tout simplement pas maîtrisé par tout le monde et que si je souhaitais ouvrir le débat il me fallait commencer par les bases. je vous livre ici ce qui est ma réponse personnelle à ces questions (qui ont l’air toutes bêtes mais qui visiblement ne touchent pas les cosplayeurs français, avons-nous enfin trouvé la recette ultime du parasexisme ? Sexisme et cosplay c’est tout de suite sur ce blog (annonce Dallas).

Le cosplay est-il un loisir sexiste ? Et si oui ce phénomène touche-t’il la France ?

Sexisme : Attitude discriminatoire adoptée à l’encontre du sexe opposé.

Cette cosplayeuse asiatique en déesse Athena
Cette cosplayeuse asiatique en déesse Athena

Je fais du cosplay depuis de nombreuses années maintenant (14 ans pour être précise) et même lorsque je passais moins de temps dans ce milieu, j’ai toujours gardé un oeil dessus. J’ai été surprise de constater, ces deux dernières années notamment, le nombre grandissant d’articles traitant de sexisme en convention. De nombreux médias ont traité de ce sujet via des dossiers, des articles sur internet ou dans la presse, des tumblrs y sont même consacrés, allant de du fait divers à l’anecdote, en passant par des initiatives visant à sensibiliser le grand public aux problèmes de harcèlements dont sont victimes les cosplayeurs. Vous le remarquerez comme moi, l’énorme majorité de ces articles sont écrit en anglais, rapportent des faits arrivés dans des conventions américaines et sont partagés par des cosplayeurs américains sur leurs pages facebook. Du coup je me suis dit quelque chose comme « génial cette prise de conscience des cosplayeurs ! Il était plus que temps que cessent ces attaques incessantes et gratuites du publique des conventions contre tout ce qui n’est pas Jessica Nigri » (pour qui j’ai le plus grand respect et qui est une jeune femme certainement très bien, je ne juge pas, je donne juste un exemple). Alors j’ai brandi mon petit point très très haut et j’ai appelé tous es cosplayeurs que je connais à témoigner avec moi sur mon blog contre le sexisme et l’injustice en convention. Et ils m’ont répondu qu’ils ne comprenaient pas de quoi je parlais. Et je me suis dit que peut-être que tout bêtement la France était épargnée. Et pourtant…

... La vie d'une cosplayeuse en convention
… La vie d’une cosplayeuse en convention

Sexisme et cosplay à Paris lors d’une convention.
C’est l’histoire d’une cosplayeuse d’une vingtaine d’années qui se promène dans les allées d’une convention vers la Porte de la Villette. Le nom de la convention m’échappe, certainement celle organisée par les élèves de l’iSC un an avant de lancer leur « Japan Expo » (donc il y a un paquet de temps quand même), mais elle ressemble à n’importe quelle convention dans le monde quelque soit le lieu et l’époque : chaque allée est délimitée par des stands de boutiques chinoises qui vendent des imitations de peluches, DVDs, artbooks et j’en passe, les visiteurs flânent en comparant les prix d’un étal à l’autre et s’extasient devant celles et ceux qui portent les tenues de leurs héros préférés. Un monsieur s’approche de la jeune femme, celle-ci porte une tenue en satin noir : body, gants et bottes qui montent au-dessus du genou. Elle porte une perruque blonde et un foulard rouge lui enserre la taille. Le monsieur arrive tranquillement, il sourit à la fille, tends le bras, lui touche la poitrine en la félicitant pour son joli costume. Vous suivez ? IL LUI TOUCHE LA POITRINE. Comme ça. Gratuitement. La fille recule surprise, consternée, effarée, bouchée bée. Le type repart comme il est venu, tranquilou. Les réactions face à ce geste odieux ? Mitigées et mollassonnes, on s’accorde à dire que franchement c’est un peu abusé mais en même temps avec un costume pareil faut pas être trop surprise.

Sexisme et cosplay : les mecs aussi sont concernés.
C’est l’histoire d’un cosplayeur français qui souhaite faire une séance photo de son chouette costume : une mascotte impressionnante de réalisme qui lui a valu une première place lors d’un concours et qu’il porte avec fierté. Alors qu’il se renseigne auprès des photographes qu’il connait pour organiser cette séance il apprends que tous on des emplois du temps très chargés et n’ont pas actuellement de date à lui proposer. Loin de se décourager notre ami cosplayeur cherche sur internet des photos de lui lors du concours ou dans les allées de la convention durant laquelle il a porté son costume. Il en trouve finalement quelques unes, noyées au milieu des très nombreux clichés de jeunes femmes en costumes minimalistes. Il apprendra par la suite que certaines cosplayeuses (des femmes donc) n’ont pas eu de soucis à booker une séance avec les mêmes photographes qu’il avait contacté; lorsqu’il pousse un coup de gueule sur internet le monde entier lui répondra : « drama queen » (c’est abusé parce qu’ils auraient pu le traiter de « drama king » mais non dès que tu fais un drame tu as alors une attitude de nana, d’ou le « queen »).

"Excusez-moi ?" "Savez-vous où se trouve le stand de figurines ?" " Bien sur. " "J'en ai un que vous pouvez checker juste là." "Je...Je ne crois pas..." "Tu ne veux pas nous montrer ta cutie mark (ça se trouve sur la fesse) mon coeur ?" "Je...je dois y aller" " Ce derrière est magique." "c'est putains de bronies (garçons fans de Mon petit Poney), Ils ne sont la que pour se faire remarquer."
« Excusez-moi ? » « Savez-vous où se trouve le stand de figurines ? »  » Bien sur.  » « J’en ai un que vous pouvez checker juste là. » « Je…Je ne crois pas… » « Tu ne veux pas nous montrer ta cutie mark (ça se trouve sur la fesse) mon coeur ? » « Je…je dois y aller »  » Ce derrière est magique. » « c’est putains de bronies (garçons fans de Mon petit Poney), Ils ne sont la que pour se faire remarquer. »

Ces deux histoires se sont passées en France et sont deux exemples d’une incroyable banalité du sexisme et du manque de respect dont sont victime les cosplayeurs en convention. Un homme qui tripote une jeune femme sans être une seule seconde inquiété des conséquences de son acte puisque personne ne dira rien et que la fille est resté figée sous le coup de la surprise. Ceci, ce geste, c’est du harcèlement, c’est une agression physique envers la cosplayeuse. Une agression d’une banalité affligeante puisqu’il est impossible de donner un nombre précis du nombre de mains qui vont ici effleurer une fesse, là une poitrine, la-bas la taille dénudée d’une cosplayeuse ou d’un cosplayeur lors d’une convention. Et lorsque ces messieurs-dames se plaignent on leur réponds clairement qu’ils cherchent un peu aussi avec leur costumes …
En quoi est-ce que c’est sexiste ? Simplement parce qu’un homme qui touche, effleure, tripote une femme en convention sous prétexte qu’elle porte un costume sexy la rabaisse au niveau d’un objet, d’un fantasme, de part sa nature féminine accentuée par son vêtement ou son attitude sexy il lui retire son droit à exister en tan qu’être humain doué de désirs ou, dans ce cas, du non-désir d’être touché (à ce sujet une excellente campagne a déjà fait le tour d’internet cosplay is not consent). Il en va de même avec les visiteuses qui tripotent les abdos des cosplayeurs garçons ! Le sexisme c’est dans les deux sens, vous suivez ?

Des cosplayeurs écrivent les pires remarques de la journée sur une ardoise; ici pour Mystique "Tu peux me tuer mais baise moi d'abord"
Des cosplayeurs écrivent les pires remarques de la journée sur une ardoise; ici pour Mystique « Tu peux me tuer mais baise moi d’abord »

Le garçon au cosplay impressionnant peut-il, lui aussi, faire part de son désaccord face au sexisme ambiant de ce milieu ? Parfaitement ! Le sexisme étant une attitude discriminatoire envers un sexe, il est très clair que le « sexe faible » du cosplay c’est l’homme. Celui qui est moins (ou pas, selon les cas) représenté dans les médias. Celui auquel les photographes portent moins d’intérêt (il suffit de voir le nombre de séances photos avec des mecs et de comparer avec le nombre de séances photos avec des filles ). Celui qui souffre d’autant plus de discrimination que l’on ne connait même pas son nom : citez-moi pour voir 10 noms de cosplayeuses très très talentueuses puis 10 noms de COSPLAYEURS très très talentueux, de tête, sans chercher sur internet.

Alors peut-on dire que le cosplay c’est sexiste ? Oui et non. Le cosplay favorise les comportements sexistes des deux côtés de la barrière : les visiteurs et les fans agissent avec les cosplayeurs de sexe opposé (notamment ceux qu’ils trouvent attirant) comme s’il s’agissait d’objets de désir. Les photographes dont 95% sont des hommes prennent en général plus de photos de costumes portés par des femmes que pas des hommes (je ne dit pas que c’est juste ou injuste, je constate seulement). De part leur attitude il favorisent une forme de sexisme. Les cosplayeurs, enfin, n’arrangent pas la situation puisqu’il n’ai pas rare que les cosplayeuses en tenue « sexy » soient dénigrées par leur comparses … pour leur choix de costume !

Le meme du type qui critique un cosplay sexy sans savoir qu'il s'agit d'un personnage qui existe... juste parce que c'est sexy !
Le meme du type qui critique un cosplay sexy sans savoir qu’il s’agit d’un personnage qui existe… juste parce que c’est sexy !
J'avais 20 ou 22 ans et je jouais le jeu de l'hyper-sexualisation du cosplay pour me créer une armure.
J’avais 20 ou 22 ans et je jouais le jeu de l’hyper-sexualisation du cosplay pour me créer une armure.

 

Une note de plus sur mon vécu personnel en convention.
Je suis d’autant plus surprise quand je lis que des cosplayeurs ne voient pas en quoi le cosplay c’est sexiste alors même qu’une grande partie des réactions qu’ils suscitent sont sexistes. Est-ce parce qu’ils ne s’en préoccupent pas ? Parce qu’ils ne le voient pas ? Parce qu’ils refusent de le voir ? J’ai moi-même longtemps nié l’évidence, préférant jouer de mes costumes sexy comme d’une arme, me sentant invincible parce que séduisante. Les remarques fusaient, positives comme négatives et il m’a fallu quelques années et pas mal de points de maturité en plus au compteur pour me rendre compte de toute l’implication de ces mots et de mon attitude en réponse : j’acceptais d’être un objet, car enfin j’attirais l’attention et les compliments, je souriais de ces remarques parfois à la limite de l’insulte et me drapais dedans comme dans une cape qui me protégeait et me cachait tout à la fois. Je m’effaçait complètement derrière le masque d’une cosplayeuse sure d’elle et provocatrice qui se moquait bien de ce que les autres pensaient d’elle… en réalité il m’a fallut quelques années pour me reconstruire et apprendre à me connaître, à connaître mes limite et celles que je souhaite aujourd’hui placer entre le reste du monde et moi.

Sexisme et cosplay, une réalité.

Pauline, alias Popette, fait du cosplay depuis 2000 et représente la France au World Cosplay Summit en 2004 et 2005, au Japon. En 2016 Popette décide de se lancer dans une nouvelle aventure : épaulée par les éditions Glénat et forte du succès de son blog, elle écrit un ouvrage sur le cosplay, premier dans son genre en France. L'Abécédaire du Cosplay sort le 28 juin 2017.
12 comments
  1. C’est un bel article qui laisse un goût amer. Le problème, c’est et ce sera toujours que les mecs ont le cerveau qui rétrécit en proportion inverse de la montée d’hormones (je plaide coupable…)
    Maintenant, le problème du sexisme ne vient pas du cosplay en soi, mais carrément de toute l’industrie du loisir, films, séries, comics et manga qui se vendent peu ou prou sur toujours le même argument du sex appeal. Ca, et le fait que notre société « moderne » tolère toujours et tend à minimiser les agressions à caractère sexuel.

    1. Une fois encore les hommes ne sont pas les seuls mis en cause. Je ferais un article plus approfondie sur ce sujet. Je pense qu’il faut surtout essayer de faire prendre conscience aux gens de l’absurdité de leurs demandes en conv ou du non-respect de leurs paroles/gestes.

  2. N’ayant pas eu le temps de finir de rédiger ma réponse à ton mp concernant ton article, et apres avoir lu ton post, je me permets de répondre directement ici.

    Sexisme : Attitude discriminatoire adoptée à l’encontre du sexe opposé

    C’est la définition la plus large qui permet de le mettre en evidence pour les deux sexes. J’en partage totalement la définition.

    Cependant j’avoue etre décu par l’article parce qu’il ne tient pas sa promesse. « Sexisme et cosplay en France : mythe ou réalité ? »
    Avec un tel titre, outre l’effet accrocheur cosplay qui nous unit tous, tu nous rapportes deux exemples pour illustrer le sexisme envers les femmes et envers les hommes. Mais à aucun moment tu nous montres ou démontres si le sexisme dans le cosplay est plus important ou moins important qu’ailleurs.

    Je pourrais ainsi reprendre ton titre et le décliner :
    – « Sexisme et collèges en France : mythe ou réalité ? »
    – « Sexisme et lycées en France : mythe ou réalité ? »
    – « Sexisme et club de sport en France : mythe ou réalité ? »
    – « Sexisme et entreprises en France : mythe ou réalité ? »
    etc….

    Il me parait évident que le monde évolue dans un environnement sexiste, le quotidien est là pour le prouver dans sa banalité comme dans ses faits les plus atroces. Et en même temps comment pourrait on penser qu’une communauté ne soit pas à l’image de la société alors que cette communauté couvre l’ensemble des catégories sociales.

    Pour ton premier exemple, je ne pense pas que cette personne s’est dit que tout était permis puisque c’était une cosplayeuse qui se tenait face à lui. Je pense que ce pervers, ou porc même si j’ai une tendresse pour l’animal, commet le même genre d’attitude dans d’autres lieux… se frotter dans le metro, tripoter les fesses, se masturber meme en public… encore une fois, les faits divers ne manquent pas de nous rappeler la quantité de déséquilibrés présents librement dans nos rues.
    Ca n’excuse pas le geste et je ne renie encore moins le choc, le dégout, et le ressenti de cette cosplayeuse.
    Elle a juste été face à la mauvaise personne au mauvais moment…

    Pour ton deuxième exemple, je suis embêté… tu le sais toi même, je « suis photographe » de cosplay XD
    C’est avant tout une passion, envahissante, mais absolument pas mon métier.

    La première chose qui m’embête dans la construction est que tu indiques qu’il y a 95% de photographes homme mais qu’à aucun moment tu indiques combien il y a de pourcentage de cosplayers homme. De mon point de vue, on a 90% de femme et 10% d’homme… soit un ratio inverse à celui des photographes.

    La seconde chose qui m’embête est que tu n’expliques pas qui sont les photographes présent en convention. Continuons dans les chiffres… 90% d’entre eux sont des visiteurs qui payent leur ticket, ayant avec un eux leur appareil photo.
    Les 10% restant sont les photographes accrédités par la convention, photographes qui en général ont fait leur preuve ou ont acquis une légitimité qui fait que les organisateurs de convention n’hésitent pas leur offrir l’entrée car ils sont assurés, normalement, d’avoir dans les semaines qui suivent de belles photos.

    Tu me diras qu’en tant que cosplayeuse participant à des concours, tu as plus souvent à faire à ces 10% de photographes qu’aux autres. J’argumenterai mon propos là dessus en puisant dans mon expérience personnelle.

    Le fait d’avoir l’accès offert ne contraint en rien le photographe à photographier tout le monde. L’organisateur de convention ne lui tiendra pas rigueur s’il y a plus de photos de scenes de concert, d’invités ou de cosplayeuses dans ses publications. Le photographe a donc le droit de choisir avec qui il veut partager son temps. Il est là pour faire les plus belles images possible et cela demande une envie mutuelle partagée entre le photographe et le cosplayeur.

    Ton deuxième exemple en ce sens n’est pas à ranger, toujours selon moi, dans la catégorie sexisme mais plutôt dans la catégorie Goûts & Couleurs… Malgré la supposé grande qualité du costume, celui- ci n’a pas reçu echo auprès de ces 10% de photographes.

    Je me pose alors une question… pourquoi aller voir ses 10% alors qu’il y en a 90% qui ne demande qu’à faire des photos ?

    Pourquoi lors du derniers MIA (en Belgique… mais la Belgique devient un peu la France quand on voit le nombre de cosplayeurs français qui s’y rendent ^^) des photographes au sein même de ses 10% ciblé se sont vu refuser des photos au prétexte que le cosplayeur faisait le queue pour être shooté par un « grand photographe » de cosplay.

    Ce n’est que l’illustration d’un choix, d’un goût différent, d’une envie non partagée, il me semble. La relation qui se crée pendant le shoot repose sur un engagement des deux, sinon à quoi bon faire une photo d’une personne qui n’a pas envie ou être pris en photo par une personne qui n’aime pas votre costume ?

    Je finirai ce long commentaire par ma propre expérience où j’ai eu un cosplayeur qui n’arrivaient pas à booker de shooting et qui s’en plaignait. Voyant le costume à venir, je lui ai proposé un shoot car oui je choisis les costumes et non les cosplayeurs (homme ou femme peu importe, tous logé à la même enseigne).
    Sur une incompréhension, ce cosplayeur a cru que je l’avais laché à une conv alors que pour des raisons familliale, j’avais exprimé le désir dès le départ de le shooter à la conv suivante… bref la semaine d’apres ^^

    Le shooting a eu lieu, j’en garde un excellent souvenir. Un costume impressionnant, une ingéniosité de réalisation… mon seul regret étant le trop peu de temps et le cadre… mais il n’etait pas possible de faire autrement, et nous étions tous les deux satisfait finallement du résultat obtenu. J’ai reshooté ce même cosplayeur dans un costume bien différent, tout comme j’ai shooté d’autres cosplayeurs.
    Je les ai shooté parce que leur costume ou leur projet m’interessait… tout comme j’ai refusé des shoots parce que je n’en voyais pas l’intéret (homme comme femme).

    J’attendais de savoir :
    – si le milieu cosplay français etait plus ou moins sexiste que le reste de la société
    – si les cosplayeuses se sentaient relégués au rang d’objet par un sexisme reposant sur l’incarnation de héros attirant pour les hommes
    – si les cosplayeurs hommes se sentaient maltraités ou sous estimés ou ignorés par les cosplayeuses femmes de par le rapport de nombre
    Au final, j’en ressors sans réponse… en ce sens c’est dommage.

    1. Répondu sur FB 😉

  3. Même avis que cooladn dans l’ensemble.
    Le problème de ton second exemple, c’est qu’il ne prend pas en compte le biais de représentation. Il n’est pas pris en compte non plus quand tu demande de citer 10 cosplayeuses / 10 cosplayeurs connu(e)s.

    Je pourrai te citer des cosplayeurs, sans trop de difficulté, y compris des gens que je n’apprécie que très peu, mais j’aurai du mal à déterminer s’ils correspondent à des gens ‘connus’ ou non. Pour les cosplayeuses, c’est un peu plus facile, mais à nouveau dans quel scope ? local ? national? international?
    Pour moi, une personne que je ne peux rencontrer ou photographier est une personne qui ne m’intéresse que très peu. Il y a des exceptions, mais dans l’ensemble, il y a beaucoup plus de cosplayeuses que de cosplayeurs.

    Retrouver ses photos quand on ne connait pas les gens peut être la croix et la bannière, le mieux reste de demander une carte de visite au photographe, ou de demander son contact. Il faut pas non plus être pressé, traiter des photos, ça prend du temps…

    Autre point de divergence: pour moi, les personnes qui touchent d’autres personnes n’ont pas des attitudes sexistes, mais ils (ou elles) sont extrêmement malpolis et ils (ou elles) méritent des baffes. Le geste est tout simple inacceptable qu’il soit dirigé vers une minorité ou une majorité.

    1. Bonjour, je te réponds rapidement 🙂

      – Je ne demande pas les noms de cosplayeurs connus mais de cosplayeurs talentueux. Est-ce que les hommes sont aussi reconnus que les femmes dans cette activité ? je me pose la question et à vous tous aussi… Je propose de réfléchir ensemble aux implications sociales et/ou culturelles du fait que non, personne ne m’a encore cité 10 cosplayeurs masculins de talent, comme ça, au taquet, pour tout un tas de raison 😉
      – Je m’intéresse à celles et ceux qui « font » le cosplay au quotidien : cosplayeurs, photographes, organisateurs… que je puisse ou non les rencontrer/les photographier. Ce n’est que mon avis et je me permet de trouver dommage que tu ne t’intéresses pas aux gens que tu ne peux photographier :3
      – Enfin je ne dit pas que tripoter quelqu’un c’est sexiste. Il s’agit avant toute chose d’un manque de respect, nous sommes bien d’accord. je ne dit pas dans mon articles que tous les tripotages sont sexistes, je dit que dans les exemples et situations citées il s’agit de sexisme à partir du moment où c’est fait parce que la personne (homme ou femme) est relégué au rang d’objet par des individus du sexe opposé. Qu’en penses tu ?

  4. Bonjour,

    Merci pour cet article, je ne me rendais même pas compte que ce genre de situation était aussi générale. Certes je l’ai déjà vécu, mais comme entre cosplayeur on ne parle généralement pas de nos moments de honte comme ça, je ne me doutais pas que c’était arrivé à d’autres. J’aimerais quand même dire que jusque là je n’associais pas forcément ces actes à du sexisme, pour la raison suivante : je suis une fille, et c’est parfois des filles qui m’ont « sauté dessus » pour me chopper les seins en riant (attitude souvent vu dans les animés, et qu’elles ont fait dans le même état d’esprit). Et effectivement, trop estomaquée pour réagir, et voyant que ce n’était pas fait avec une intention perverse, je ne me suis même pas défendue, alors que ça m’arriverait dans la rue en dehors d’une convention, je serais capable de porter plainte Oo
    Je me rend compte en lisant l’article que ce n’est pas normal.
    Il y a cependant une attitude dans le cosplay que je supporte encore moins que ça, ce sont les commentaires du genre « pff tu as vu celle là, elle ferait bien d’arrêter le cosplay, elle a pas le corps pour ». Je suis du genre très très maigre, avec peu de poitrine, alors lorsque certains voient une cosplayeuse ou un cosplayeur enrobé on me prend souvent à parti en me disant ça, comme si j’étais forcément d’accord. Seulement non, je ne vois comment je pourrais être ok avec ça. Si je devais faire uniquement les personnages ayant ma poitrine, je ne ferais plus de cosplay, ou que des gamines de 10 ans…à 25 ans révolus ce serait limite. Le cosplay est pour moi la liberté de pouvoir devenir qui on veut, de s’effacer un peu de notre vie quotidienne pour vivre quelque chose de différent un instant. Ce genre de critique sur le physique des personnes me tuent bien plus encore que ces réactions de tripotage et autre.

    1. Merci de ce témoignage, je vais certainement traiter du tripotage entre nanas dans les prochains jours et j’ai déjà commencé un article sur le physique, justement ! Merci encore !

  5. Il se trouve que je suis gaulé comme M. Burns, alors du coup, c’est vrai que mes quelques costumes ont été plutôt encombrants et décalés. Ca ne m’était pas venu à l’esprit que ne pas pouvoir me déguiser en Musclor pouvait être une forme d’oppression sexiste. La nature, c’est la nature, il faut faire avec ce qu’on est (àmha). Après, c’est comme la cuisine, il y a tellement de façons d’agrémenter les restes… Un cosplay ce n’est pas juste un costume (là encore, àmha), c’est un mini scénario, des idées de mise en scène, des accessoires, tout un rôle à investir. Et tant pis pour le nombre de photos, l’important c’est de s’amuser, finalement.

    1. Tu as parfaitement le droit de faire Musclor si tu en as envie, je ne vois pas où est le problème à partir du moment où tu en as envie, que le costume te plais, que tu prends du plaisir à le porter et à incarner le personnage 🙂

      Quand à la question de la critique du type de corps j’y reviendrais plus longuement mais dans l’absolu tu trouveras toujours des gens pour critiquer, à toi de déterminer si tu es capable de passer outre.

  6. [expérience de cosplayeuse]

    Comme vous ne le savez peut être pas, ce que j’aime faire, c’est les grandes robes pleines de détails issues de séries que j’aime bien (donc pas forcément les plus connues), et ou en général je suis couverte des pieds à la tête (comme je mets des corsets, j’ai du décolleté, mais je suis frileuse donc en général, j’ai un châle par-dessus pour me promener). Et bien je passe totalement inaperçue aux yeux des photographes (ajoutez à ça une grande timidité qui n’aide pas à aborder les gens) (et quand je constate ça sur ma page d’un air mi-blasé mi-c’est la vie (et accessoirement pour critiquer un peu le fait qu’avoir un décolleté aide pour avoir des photos), une personne s’en sert pour dire « oui vous avez vu les cosplayeurs c’est des divas », mais je m’égare). Je peux vous citer un exemple: à un Paris Manga assez glacial en février (à une époque où la convention n’était pas encore boudée) je portais une tournure victorienne avec un assez fort décolleté, mais pour éviter d’attraper la mort, j’avais mis une chemise par dessous qui réduisait le décolleté: très peu de photos. Je remets le même costume un mois plus tard à Japan Party, sans la chemise parce qu’il faisait chaud: en 10 minutes: une dizaine de photos….

    Sinon un truc qui me tue aussi: on reproche souvent aux filles de ne pas avoir le « physique qu’il faut » pour cosplayer. Par exemple, pour prendre un exemple comics: une Black Widow qui a un « peu trop » de poignées d’amour va se faire basher, alors qu’un Captain America ou un Thor, qui n’a « pas assez » de muscles, n’aura jamais de remarques… alors que dans les comics les personnages masculins ont des proportions tout aussi irréalistes que les personnages féminins (même Xavier, paraplégique, a des pectoraux dignes de bodybuilder…). Et d’ailleurs quand une adaptation de comics arrive, les médias parlent de l’entraînement physique et de la prise de muscles des acteurs, jamais de celui des actrices (alors que pourtant elles s’entraînent autant que leurs collègues et en général perdent quelques kilos), comme si pour les actrices incarnant des super-héroïnes, c’était leur corps normal….
    (et personnellement lisant de plus en plus de comics, j’ai de plus en plus envie de cosplayer des héroïnes, mais je suis pas assez à l’aise avec moi-même (et j’ai peur du bashing aussi) que j’ose pas trop…. (j’ai réussi une fois, en mettant des leggins à la place de collants chairs (le personnage est jambes nues) et en ayant une cape pour planquer mes fesses)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *