La vie de Popette [S2015 E05]

Salut à tous, mes petites cailles cosplayesque !
Vous l’aurez surement remarqué, mais je suis assez mauvaise pour tenir mon blog à jour. Ce n’est pas faute de m’auto-motiver puis de m’auto-priver de dessert quand je n’ai pas écrit de petit billet depuis trop longtemps… Et voilà qu’un nouvel article pointe le bout de son nez ! Retours sur ce qu’il s’est passé de fou-fou dans ma vie depuis le dernier épisode.

Popette change de couleur de cheveux.

C’était mon rêve depuis des années, je l’ai réalisé le mois dernier : ma chevelure est devenue en partie rose. Comme la crinière de Pinkie Pie, mon animal totem, je me retrouve avec une tête de barbe à papa sous acide chaque jour de ma vie. J’avais un peu la trouille du résultat et de me massacrer les cheveux avec la décoloration mais au final en prenant bien soin de mes cheveux ça passe. Il aura fallut tout de même passer 5 heures dans le salon pour que la magie s’opère mais je suis ravie du résultat.
popette-cosplay

IMG_3179Popette fête son anniversaire deux fois, jamais à la bonne date.

Je suis née le 8 mars, je suis poisson et j’ai envie de pleurer à chaque fois que j’y pense en regardant Les Chevaliers du Zodiaque. Au mois de mars c’était un peu la course pour finir mon costume de Loki, du coup j’au attendu avril pour fêter mon Popette-day comme il se doit. Une première fois avec mes collègues du Pink Paradise, une deuxième fois entre amis cosplayesques avec un gâteau Monster High que m’a fait Laura. Dans les deux cas c’était Epique, alcoolisé et très très drôle.

Popette se prends pour Tom Hiddleston.

Ce n’est un secret pour personne : je voue un culte fanatique au merveilleux Tom Hiddleston. Quand je ne rêve pas de lui, je me prends pour lui. Ce n’est pas très sain mais c’est très drôle. J’ai donc incarné Loki lors du LSCC à Londres et pour l’occasion j’avais mis les petits plats dans les grands : deux montages sons pour les deux jours de compétitions, des flyers distribués lors de ma prestation et des chaussures à talons pour avoir l’air plus impressionnante.

IMG_3519Popette boit du thé.

Comme d’hab me direz-vous. J’ai pas mal de nouveaux thés à vous présenter, ça sera l’occasion de relancer la catégorie nerdy tea time. Donc j’ai bu du thé en cousant des perles, en lisant de bons bouquins, en collants des trucs divers et variés (pour mon costume de sélection de l’ECG), en faisant des tests de maquillage (pas toujours concluant) et en regardant la télé ( tous les films de Monster High).

popette nikita sikay annshellaPopette fait du cosplay !

Eh ! vous êtes surpris ? J’ai donc cosplayé avec passion et bonne humeur lors du weekend de Japan Party et en très charmante compagnie. Le samedi en duo Princess Mononoké avec Sikay et le dimanche en duo Le Château Ambulant avec Nikita. J’ai aussi donné un coup de main aux filles sur leur stand et rencontré mes lectrices et lecteurs, vous en somme et c’était très cool !

popette-japan-party

Popette a envie de vous rencontrer !

Eeeeet du coup j’ai encore plus envie maintenant de vous rencontrer pour parler de cosplay, pour échanger, pour débattre… Qu’en pensez-vous ? Est-ce qu’on s’organise une aprem’ rencontres-cosplay ? A geekopolis, Epita ou hors convention ?

Sexe et cosplay

Les galeries de cosplay sexy sur internet, les tops 50 des cosplayeuses les plus sexy, un cosplay sexy par jour… Dans sexy, il y a « sex » et internet regorge d’images de cosplay et de sexe. Pourtant, personne ne semble tenté d’aborder sérieusement le sujet. Parler de cosplay sans parler de sexe c’est un peu comme parler de pâtisserie sans parler de beurre. Le beurre c’est luisant, c’est tabou, c’est ce qui donne du goût, mais c’est tellement gras que c’en est sale.

« Sexe et cosplay », je viens de demander à Google. Parce que quand on veut écrire sur un sujet, c’est important de bien se renseigner. Comme je suis extrêmement consciencieuse, j’ai effectué deux recherches bien distinctes : « sexe et cosplay » puis « cosplay and sex ». Je m’attendais à tomber sur quelques articles bien pensant expliquant que la sexualité du geek est déviante ou quasi-inexistante, à grand renforts de photos de cosplayeuses japonaises. Rien ne m’avait préparé aux résultats de Google Image. Mes yeux voudraient oublier ce qu’ils viennent de voir.

La cosplayeuse sexy, cette créature aguicheuse et qui provoque le désir

C’est pas moi qui le dit, c’est le Larousse en ligne.

Sexy : Familier. Qui a un charme attirant et aguichant, qui a du sex-appeal.

Comme sex-appeal c’est un mot anglais, et afin de bien comprendre son sens, je clique sur le lien  :

Sex-appeal : Charme sensuel qui émane de quelqu’un, d’une femme en particulier, et qui provoque le désir.

Messieurs, si vous comptiez sur votre sex-appeal pour serrer en convention, déjà c’est râpé.

Mais ce cosplay « sexy », alors, quel rapport a-t-il avec le sexe ? Si Larousse joue les prudes, ce bon Google ne me laisse pas tomber :

Sexy : « sexually attractive or exciting« 

Ce qui en bon français veut dire « sexuellement attirant(e) ou excitant(e) ». En France, on est vraiment plus prudes qu’aux Etats-Unis ! Du coup si les galeries photos de cosplay « sexy » des sites internet américains annoncent clairement la couleur, les sites français d’informations sur le jeu vidéo, premiers fournisseurs de galeries de cosplay sexy dans l’hexagone assument moins le caractère sexuel de la pratique. À la lumière de ces définitions, je crois qu’il n’est pas totalement présomptueux de penser que les cosplayeuses et cosplayeurs définis comme « sexy » sont donc des objets de désir sexuel. On notera au passage que depuis l’apparition des « Top 10 male cosplayeurs of the world » la communauté est arrivée à une certaine forme d’égalité, c’est déjà ça de gagné !

sexe et cosplay
Le Rêve de la femme du pêcheur par Hokusai. Exemple de tentacule érotique, un must de la culture hentai.

Cosplay, une histoire de mangas et de cul

Le cosplay vient des Etats-Unis mais à gagné ses lettres de noblesse au Japon. Le Pays du Soleil Levant lui a non seulement donné un nom, mais lui a également offert une exportation mondiale et un succès lié à celui de ses mangas*. Et qui dit manga, dit Hentai, ce genre d’anime pornographique dont le Larousse ne nous donne bizarrement pas de définition, mais au sujet duquel Wikipédia est bien bavard !

Hentai (変態?, ˈhɛntaɪ̯) est un mot japonais qui signifie « transformation », « métamorphose », « perversion », mais qui est utilisé en Occident pour désigner des mangas et des anime à caractère pornographique.

Il n’y avait que les japonais pour faire s’embrasser deux sous-cultures intrinsèquement liées, à l’univers du manga et de l’animation japonaise. Il n’est pas rare de trouver dans des magazines érotiques ou sur des sites internet pornographiques japonais des photos et vidéos à thématique cosplay. Les filles et parfois leurs partenaires sont habillés en personnages de manga ayant déjà une forte connotation sexuelle : c’est le cas par exemple de Mai Shiranui, guerrière sexy de la franchise Fatal Fury qui est devenue avec le temps un véritable sex-symbol… Et certainement le personnage le plus cosplayé par les actrices pornographiques asiatiques !

Mai Shiranui par Li Meng Tian, modèle chinoise
Mai Shiranui par Li Meng Tian, modèle chinoise

« Sexy Cosplayeur », de jugement de valeur à « label qualité » !

Aux Etats-Unis la cosplayeuse dite « sexy » a des fans. Beaucoup de fans. Jessica Nigri, la reine du cosplay court vêtu, a plus de fans sur Facebook et sur Instagram que le chanteur français M.Pokora**. Il n’est pourtant pas bien loin le temps où les cosplayeuses en petites tenues et décolletés plongeants étaient chahutées sur internet, appelées « fausses cosplayeuses  » (Ils n’avaient pas encore trouvé fake geek girl…), on jugeait leur valeur humaine à la longueur de leurs jupes. Oh Wait, de ce point de vue là, tout n’a pas complètement changé. Bref. Depuis, les cosplayeuses sexy ont monté un véritable business et, en digne héritières des pin-ups des années 50, elles vendent à tour de bras des photos d’elles dédicacées, en cosplay ou en lingerie. C’est pourquoi il est relativement bien vu sur internet de posséder au moins une tenue convenue comme sexy dans sa garde-robe de cosplayeuse (ou des abdos et pas de tee shirt pour ces messieurs) si l’on veut faire carrière dans le cosplay***.

Oui mais ta cosplayeuse sexy est-ce qu’elle a enfin sorti sa sex-tape ?

Tout vient à point à qui sait attendre. Ou à qui sait utiliser l’outil de recherche Google puisque « Fan de cosplay se faisant baiser dans les bois » restera à jamais gravé sur ma rétine. Internet déborde littéralement de films pornos amateurs tournés au caméscope (ou à la GoPro, pour les amateurs de sensations fortes à la première personne…) pas franchement excitants. Je trouve dommage qu’un loisir aussi créatif que le cosplay se retrouve aussi pauvrement illustré dans l’industrie du sexe. Pour vraiment se marrer devant de jolis costumes et, pour ceux qui veulent profiter de divertissements pour adultes de qualité, il faut se tourner vers les parodies de super héros tel l’hilarant Batman XXX : a porn parody. Disponible lui aussi en version non-censurée, ou tout publique ! Comme quoi, il n’y a pas que les cosplayeuses qui peuvent choisir de garder leur culotte… Ou pas !

 

*les mots d’origine étrangère prennent les marques normales du français (accents, pluriels) quand ils sont intégrés à notre langue.
** J’ai en effet comparé les comptes officiels instagram et facebook du chanteur et de la cosplayeuse. Ecrire sur le cosplay et le sexe c’est aussi faire de vrais recherches de fond.
*** On va parler ici très rapidement de cosplay et professionnalisation, pas de panique.

ces cosplayeurs qui incarnent tout le temps le même personnage.

Bonjour à vous les petites canailles cosplayesques ! Aujourd’hui j’ai envie de discuter avec vous de l’épineux choix de votre personnage fétiche de cosplay. Sur l’image ci-dessus vous pouvez voir Vampy en cosplay de Psylocke, son personnage favoris; Padawan incarne le Joker, certainement le personnage qu’il a le plus cosplayé ces dernières années et Nikita porte une robe de Cendrillon qui illustre bien son amour des princesses (notamment de Disney). Certains d’entre vous vont se sentir immédiatement concernés, d’autres moins et pourtant beaucoup ont déjà senti cette connexion avec un personnage bien précis ou avec un type de personnage. Disséquons le sujet tous ensembles !

Certains cosplayeurs ont une relation privilégiée avec un personnage. Ils l’incarnent avec passion et, même s’il leur arrive de cosplayer d’autres personnages (voir beaucoup d’autres dans certains cas) ils ressentent toujours un plaisir tout particulier lorsqu’ils se glissent de nouveau dans la peau de ce personnage. J’ai longtemps observé d’un oeil curieux ces cosplayeurs et cosplayeuses que je voyais reporter 100 fois le même costume ou des variations du même personnage et je n’avais alors aucune idée du plaisir qu’ils ressentaient. J’avoue même m’être demandé une fois ou deux comment ils arrivaient à ne pas se lasser… Et puis un jour, moi aussi, je suis tombée dedans !

Incarner un personnage que l’on aime, à la folie, passionnément…

cosplay killing joke joker
Si vous passez dans les allées des conventions parisiennes vous aurez de fortes chances de tomber sur Captain Cosplay en Joker…. Je ne saurais dire combien de version du Clown il a déjà porté et chaque fois avec beaucoup de talent !

Il y a a ceux qui sont complètement, indubitablement, définitivement fans d’un personnage qu’ils adorent et qu’ils prennent à coeur d’incarner en respectant chaque détail du costume, en identifiant les attitudes du visage ou la façon de se tenir… Bref une copie parfaite de l’original ! Ils sont incollables sur ce personnage, son histoire, ses origines, ses réalités alternatives. Avec ce personnage c’était l’amour au premier regard, une journée en cosplay qui a tout changé et à travers lui ils ont trouvé leur petit truc à eux, leur façon de cosplayer et de s’éclater. Ils vont même pour certains jusqu’à faire toutes les versions, toutes les tenues de leur héros/villain fétiche… pour le plus grand plaisir de celles et ceux qui les reconnaissent à chaque convention.

Trouver un typer de personnage dans lequel on se reconnait !

eva2
Annshella aime les fées et Popette les poneys !

Parfois ce n’est pas un personnage en particulier qui va faire battre notre petit coeur de cosplayeur mais bien un type en général. De la femme fatale au héros « bodypainté »  il y a en a pour tous les goûts et pour toutes les lubies ! Aimer un style physique ou graphique, aimer un type de personnalité ou un thème en particulier : les princesses disney, les pirates… Pour ma part ce n’est pas une caractéristique physique qui va m’appâter mais plutôt le caractère : drôle, enjoué, avec un brin de folie ! Ajoutez quelques paillettes et la couleur rose et vous avez mon type de personnage rêvé ! C’est ce que j’ai retrouvé dans les personnalités de Pinkie Pie de Mon petit Poney et Madeline Hatter de Ever After High : elles sont complètement allumées du bocal, rigolotes et ce sont surtout deux personnages tellement bien dans leurs baskets ! Croquer la vie à pleines dents et faire la fête, c’est ma façon de cosplayer préférée !

Et quand on n’a ni personnage fétiche ni style de prédilection, un monde de possibilités s’offre à nous !

Trouver « son truc » c’est s’assurer, à mon sens, de passer une super journée ! Que vous ailliez une obsession pour un personnage en particulier, une série dont vous voulez incarner tous les héros ou si vous vous sentez irrémédiablement attiré par les ninjas, foncez ! Si vous ne l’avez pas encore trouvé, testez, essayez, faites des costumes (ou des déguisements ;p ) de personnages très différents les uns des autres et peut-être aurez-vous un coup de foudre cosplayesque. Ne pas avoir un personnage ou un style de prédilection c’est aussi le cas de beaucoup de cosplayeurs et de cosplayeuses. Ils aiment incarner toute une variété de personnalités, sans se poser de limite, selon leurs envies et leurs coups de coeur. L’important, comme toujours, c’est de s’amuser !

Une vidéo d’Anim’Est, j’étais Madeline Hatter sur scène avec les copines. J’adore ses répliques absurdes et sa joie de vivre !

Le cosplay en France au fil des années… Une grosse décennie de personnages hauts en couleurs

Il y a tout juste dix jours je fêtais mes 14 ans de cosplay. Mon premier costume, Card Captor Sakura, je l’ai porté avec ma soeur et deux amies de lycées, le weekend du 13 octobre 2000 A BD Expo au parc des Expositions Porte de Champerret. J’ai bien entendu loupé la date anniversaire mais pour fêter ça j’ai décidé de vous ressortir quelques photos de cosplay vintage histoire d’en apprendre plus sur l’évolution du marché de la perruque en France, entre autres choses. Revenons ensemble sur près de 15 ans de cosplay en France !

 

Salon ISC 2000 une cosplayeuse française que vous renconnaitrez surement en Nadia du Secret de l'Eau Bleue
Salon ISC 2000 une Minnimay en Nadia le Secret de l’Eau Bleue

2000-2002 – Mes premières années de cosplay en France… 

Saviez-vous qu’à l’époque nous avions des vestiaires sans miroirs, pomm’potes ou bouteilles d’eau ? Celles et ceux qui ont démarré le cosplay ces dernières années ne savent sans doute pas qu’il était possible de s’inscrire sur place le matin-même et de déposer son CD au stand cosplay (deux types derrière une table) afin qu’ils passent votre chanson au moment de votre passage, CD que vos récupériez après le concours.

Les cosplayeurs passaient la journée en costume à faire 35 fois le tour des 50 stands de la convention puis scannaient les photos prises à l’argentique pour les poster sur des forums internet des années bien avant le CosplayForum.

Mon premier cosplay en octobre 2000
Mon premier cosplay en octobre 2000

J’ai commencé le cosplay cette année-là après être tombée amoureuse d’une She-Ra l’année précédente. Mon costume cousu par ma mère est en satinette blanche et tulle rose, je ne porte pas de perruque et j’ai gardé mes lunettes sur scène. Mon sceptre est un bout de bois et le symbole deux feuilles de papier imprimées et collées l’une contre l’autre. Du haut niveau !

Un petit apperçu de l’ambiance à BD EXPO 2000 Espace Champerret :

De 2000 à 2002 le cosplay français connait une évolution fulgurante mais ce sont les années suivantes qui vont vraiment donner le ton pour la suite…



 

2003-2004 – Le kitsch poussé a son paroxysme ! Le cosplay français avance vers la maturité !
Les choses sérieuses commencent ! Entre les perruques aux couleurs vives et les choix de tissus limités, les années 2003-2004 pourraient sans honte se placer entre une compétition de patinage artistique en Europe de l’Est et un concours de gymnastes Russe.

Ces années la nous avons de vrais vestiaires et les concours deviennent un brin plus sérieux : les gros concours commencent à se démarquer de ceux, plus modestes des petites conventions.
Epitanime est plus que jamais la convention hype du moment pour les cosplayeurs et Japan Expo, alors toujours au CNIT de la Défense devient la convention de référence et LE concours annuel de cosplay en France.
Les cosplayeurs passent plus de temps sur leurs costumes, commencent à coiffer leurs perruques, à faire des recherches de matières et essayent de récuperer des vidéos de leurs passages sur scène via le marché noir du CD de cosplay qui fonctionne plutôt pas mal… Les armures commencent à devenir très à la mode et carton, papier-mâché et grillage à lapin vont bientôt être remplacé par le tapis de sol décathlon !

Groupe vainqueur de Japan Expo 2003, Langrisser
Groupe vainqueur de Japan Expo 2003, Langrisser

En 2003 et 2004 Japan Expo au CNIT ce n’est pas que de la brioche dans les vestiaires, c’est aussi l’arrivée en France d’une équipe de Gentils Organisateurs dévoués et motivés qui vont permettre au cosplay français de se développer.


2004 – Voix enregistrées, perruques colorés et effest spéciaux… le cosplay devient du serious business avec ce groupe Mermaid Melody (Notez ma performance, pas moins de trois voix différentes sur cette prestation rhalalala les succès de la jeunesse ) !

2005 – Premier World Cosplay Championship lors du World Cosplay Summit

Beaucoup de choses en 2005 : les GO du cosplay, ceux qui deviendront bientôt Cosplay Factory puis Epic encouragent les cosplayeurs à aller toujours plus loin dans leurs création, les traites aux petits oignons et organisent des évènement hors convention qui vont permettre l’émancipation de se hobby et la rencontre des cosplayers et du grand public !


Les sélections se sont faites à Epita parce qu’il n’y a pas eu de Japan Expo cette année-là. Les cosplayeurs français commence à découvrir le « star-système » et les premières famous cosplayeurs font leur apparition sur internet : elles sont italiennes et ont des fans un peu partout dans le monde. Angel Hitomi, Sonia Segreto et Giorgia Cosplay et bien sur celle qui les détrônera toutes Francesca Dani. En France Epitanime est saturé de cosplayers, ceux-ci peinant à trouver assez de conventions pour porter tous leurs costumes ! 2005 marque un tournant dans l’histoire du cosplay français et les années suivantes seront a mon sens l’âge d’or du cosplay Français….

Vintage world Cosplay Summit France Team #cosplay #wcs

Une vidéo publiée par Super Popette (@superpopette) le

Vintage world Cosplay compétition #cosplay #wcs Une vidéo publiée par Super Popette (@superpopette) le

Baby cosplayers ….. 10 years ago ! #wcs2005

Une vidéo publiée par Super Popette (@superpopette) le

Avec ces quelques extraits du World Cosplay Championship 2005 s’achève notre première partie de l’évolution du cosplay en France. Pour voir toutes les photos de nos jeunes années c’est sur le site COSPLAY WORLD que vous pourrez en apprendre plus et dont sont tirés toutes mes images d’illustration de cet article 🙂

Le cosplay et la lingerie, oh oui, oh oui !

Il y a quelques temps je me promenait sur internet et je suis tombée sur l’excellent article de Cora Harrington sur les pièces de lingerie les plus adaptées à porter sous un costume. Plutôt que de vous faire une bête traduction de cet article hyper complet je préfères parler d’un sujet qui me plait tout particulièrement : la lingerie ! Certains d’entre vous le savent, le soutient-gorge et le string, le corset et les bas sont autant d’accessoires de mon quotidien (d’effeuilleuse burlesque) et j’avoue être largement décomplexée lorsqu’il s’agit d’aborder le sujet.

Fanservice

Faire le costume d'Ashitaka de Princesse Mononoké

Bonjour les petits amis, bon lundi !

En avril, mai et juin dernier j’ai gâléré sur un costume dans lequel personne ne m’a reconnu : je parle de mon deuxième crossplay porté lors de Japan Expo. Il s’agissait du costume du beau jeune prince dans l’animé culte des studios Ghibli Princesse Mononoké. Un choix de costume qui m’a poussé à sortir de ma zone de confort et à me travestir en garçon.

Princesse Mononoké

Choisir les matières et commencer le kimono, les chaussures et la bourse

La première étape a été de choisir les matières pour ce costume. Cécile et moi avons opté pour des matériaux naturels afin de coller au plus près à l’anime Princesse Mononoké. J’ai décidé de faire ma tenue en lin et j’ai donc acheté une grande pièce de tissus dont j’ai teint en bleu les morceaux pour le kimono. J’ai ensuite utilisé de la suédine, une matière dont j’aime le rendu velouté et la facilité d’utilisation pour faire les manches, les jambes et la ceinture du kimono.

Changer de tête !

Si il y a bien un aspect du cosplay qui me séduit de plus en plus ces dernières années c’est le fait de pouvoir complètement changer de tête. Il y a pas mal de cosplayeurs dont c’est la spécialité et qui pour cela gèrent parfaitement les différentes techniques de maquillage. Ce sont de vrais caméléons et j’avais envie de m’essayer à ce type de métamorphose lors de Japan Expo, la semaine dernière.

1 – La méchante reine.
Un maquillage très glamour avec eyeliner épais, sourcils très marqués, teint de porcelaine (même si ça ne se voit pas très bien sur cette photo prise en coulisses), ombres à paupière grises et violettes et une bouche bien rouge (la encore la couleur de la photo ne rend pas justice). Regina est une femme sûre d’elle et machiavélique au début de la série. C’est l’une de ses premières tenues que j’ai choisi et ai donc joué à fond la vilaine glamour à la féminité presque agressive. Ma teinture noire rafraichie pour l’occasion donne à ma coiffure élaborée un effet que j’ai voulu vraiment dramatique. Les mèches que j’ai ajouté en queue de cheval accentuent l’aspect sophistiqué.

glamour cosplay
Selfie en backstage avec Nikita en Snow

 

2 – Le jeune prince.
Mon duo avec Cécile était un vrai défi puisque je devais non seulement me grimer en homme mais aussi aplatir ma poitrine et bouger comme un garçon. Un véritable challenge ! Pour cela je me suis inspirée de ce tutoriel (en anglais) et après quelques essais je suis arrivée à un résultat pas mal grâce à une bonne couche de fond de teint et différentes poudres et ombres à paupière brunes. Pour ma poitrine je me suis simplement bandée les seins avec une bande adhésive afin qu’elle reste en place presque une journée complète. C’était une véritable torture mais le résultat était bluffant. Ma perruque a été recoupée sur moi par Cécile afin de lui donner un côté asymétrique et je l’ai ensuite repassé au fer à repassé pour bien la raidire. J’ai essayé au maximum de calquer mes mouvements sur ceux du Prince dans le dessin animé et le fait de m’être fait un maquillage aussi poussé m’a permit de rentrer complètement dans le rôle.

3 – La poupée.
Un résultat en demi-teinte pour Madeline Hatter, cosplay que j’ai porté le dimanche. J’avais réalisé deux tests avant le jour J : le premier chez Nikita et avec son aide, le suivant seule chez moi afin de m’entrainer. C’est ce dernier qui m’a le plus séduite et je n’ai malheureusement pas pu le reproduire pour le concours par manque de temps et parce que j’avais oublié mes faux cils.
Afin de ressembler à une poupée j’ai commandé sur internet des lentilles de contact à la couleur improbable qui me font des yeux de hubot (ces robots de la série Real Humans). J’ai travaillé un teint très lisse, des joues roses et bien rondes grâce à un blush pailleté. J’ai du acheter des ombres à paupières dans diverses teintes de violet afin de réaliser le dégradé. le jour J j’avais ajouté des paillettes violettes qui allaient très bien avec la tenue. Les yeux sont agrandies avec des faux cils sur le dessus de l’oeil et dessous. Les sourcils ne sont pas verts mais bruns clairs comme ceux du personnage, cela donne un côté encore plus « faux » que je trouve rigolo. La bouche rose fushia légèrement glossy ressemble à un bonbon.

maddie hatter makeup
Premier test makeup

 

Avec Sikay en Frost d'injustice, le mélange des genres est rigolo.
Le jour J avec Sikay en Frost d’injustice, le mélange des genres est rigolo.

Avec ces trois personnages très différents je me suis amusée comme une petite folle dans trois registres diamétralement opposés. Créer la surprise chaque jour auprès des visiteurs, staffs et co-cosplayeurs était vraiment une expérience très chouette. Je pense à l’avenir voir jusqu’où je vais pouvoir pousser mes transformations en m’amusant et en me perfectionnant.

Japan Expo c'est dans un mois et mes costumes ne sont pas finis…

Salut à toi lecteur !

Prêt pour Japan Expo ? Moi pas ! Mes costumes ne sont pas finis et pour espérer finir dans les temps j’ai réquisitionné ma mère à son corps défendant. Mais voyons les choses dans l’ordre, veux-tu ? Tout commence par un après-midi de Mai particulièrement ensoleillé…

geekopolis2
Resto de sushi après la conv, mini-shoot des vilains de OUAT avec la moitié « dark » de notre groupe prévu pour JE
geekopolis
Mais qu’est-ce qu’on est beaux !

Alors que je savais devoir passer le week-end à travailler sur mes costumes en vue de la plus importante convention de l’année (aka Japan Expo, essayes de suivre !), je décidais de passer la journée en compagnie des copines les « Irréductibles Cosplayeuses en Corset par Plus de 40° Au Bas Mot » aussi appelées les ICCP4ABM (on dirait un nom de groupe d’idoles japonaises). Nous nous sommes retrouvées à Geekopolis Porte de Versaille et la journée fut riche en émotions (pas de bus pour aller sur place, j’ai galéré et fini en taxi), en bonbons (les organisateurs nous on nourrit de bouteilles de Fanta Pétillantes Haribo), en jolis costumes (le mien notamment mais après je ne suis pas très neutre), en corsets bien sur (Eva particulièrement en Régina portait deux corsets l’un sur l’autre), en Umeshu (ma mère a beaucoup apprécia la bouteille que je lui ai acheté sur un stand pour la fête des mères… avant de m’annoncer que j’avais une semaine d’avance !) et en cocktails !

Ensuite seulement je me suis mise à mes costumes et je vous présente le premier des 4 costumes que je porterais sur les 5 jours de convention : Madeline Hatter ! En images tout de suite !

wip4
Mon top est censé être brillant et plutôt « champagne » du coup ne trouvant pas de tissus approchant cette description je me suis rabattue sur un tissus à sequins vieux rose qui fait un poil moins rose en vrai et que j’ai du coudre à la main sur une base en tissus d’ameublement. Je rajouterais ensuite des sequins de plusieurs dorés différents pour donner une impression de couleur moins uniforme et plus dans l’idée de l’image de référence.

wip3

Un joli pèle-mêle de photos de Work In Progress, ou travail en cours en bon français. De gauche à droite et de haut en bas : un sac théière réalisé avec ma mère. C’est elle qui a cousu mes premiers costumes et j’avais depuis longtemps envie de refaire de la couture avec elle du coup ce projet de sac avec un patron chinois sans explication était l’occasion rêvée ! Elle m’a ensuite filé pas mal de coup de main sur pleins de petits trucs que je commençais à faire en me prenant la tête… Comme elle est super méthodique et analyse bien les choses elle me donne toujours les bons conseils pour simplifier les choses et avancer plus vite ! Ensuite il y a une chaussure pas finie, moi essayant ma tenue pas fini et pas bien ajustée sur les côtés, je sens que ça va être une galère à resserrer ce tissus -_-
Enfin ma ceinture en mousse pailleté, j’aime bien ce rendu très « faux » qui ira bien avec ce costume de poupée et qui donne un côté jouet.

wip2

Ma mère en train d’épingler des trucs, du thé, un pistolet à colle et un patron en chinois.

wip1

Mes boucles d’oreilles et mon collier sont fait à partir de cuillères à thé que je peint et je pense rajouter des paillettes dessus ensuite 🙂 Le collant à droite est censé être plus opaque mais je le voulais très élastique pour pouvoir ajouter les gros pois sans perdre trop en élasticité… J’en ai acheté deux paires avec des pois blancs dessus afin d’avoir une idée de où placer les gros pois… Ca va briller !

La suite très vite (j’espère !) 🙂

 

 

Charte de non-harcèlement en convention.

Bonjour à toutes et à tous !
Alors que je parcourais le très bon webzine Themarysue.com hier, je suis tombée sur cet article très intéressant où il est  question de cette culture du harcèlement très présente dans notre société… et qui se trouve exacerbée sur internet (jeux en ligne, forums) mais aussi en conventions.
Aux Etats-Unis de plus en plus de conventions mettent en place une politique de tolérance zéro  face au harcèlement. Cette politique s’appuie généralement sur une charte que les visiteurs s’engagent à respecter lorsqu’ils achètent leur billet pour la convention.

Pourtant, en France, aucune convention à ma connaissance ne s’est jamais penché sur ce problème. Notre petit hexagone résiste-t’il encore et toujours à ce phénomène ?

Le harcèlement en convention, really ?
Je vois déjà les blasé(e)s du fond pousser un soupir a fendre l’âme, se demandant sur quelle « catégorie de geek » le doigt de la justice va encore s’abattre sans vergogne. Que neni les amis, ici pas de jugement hâtif ! Posons-nous d’abord la question de ce que c’est que ce harcèlement en convention et qui sont ses victimes.

Petite définition Larousse :

Harcèlement, de harceler : Soumettre quelqu’un, un groupe à d’incessantes petites attaques : Harceler l’ennemi.
Soumettre quelqu’un à des demandes, des critiques, des réclamations continuelles : Les journalistes harcelèrent le ministre de questions.
Soumettre quelqu’un à de continuelles pressions, sollicitations : Il faut le harceler pour obtenir quelque chose.